dimanche 21 décembre 2014

Kipferl Vanille

Quelques jours avant Noël, des parfums épicés s'échappent de la maison. C'est la période du vin chaud ou du lait de poule dont les effluves nous titillent le nez et réchauffent le corps. C'est le gingerbread man qui sort du four et qui attend d'être croquer. Vanille, cannelle, clou de girofle, noix de muscade, gingembre, ou encore anis étoilé... ils enchantent notre cuisine !Tout ça bien au chaud ... en écoutant Frank Sinatra fredonner "Let it snow". Oui, je sais, c'est cliché mais j'adore !
Cette année, c'est Frank et des Kipferls vanille... Que demandez plus quand il s'agit d'un petit biscuit à la texture incomparable au goût prononcé de vanille. Oui, il sont à tomber, surtout quand la recette vient d'un certain Christophe Felder qui a revisité ce bredele en délicieuse bouchée !



Ingrédients (pour +/- 40 biscuits)

35 g de sucre
1 gousse de vanille
60 g de poudre d'amande
120 g de beurre à température ambiante
140 g de farine
1/2 càc de vanille liquide

pour la garniture :
30 g de sucre impalpable
1 sachets de sucre vanillé

Fendez la gousse de vanille en deux et récupérez les grains à l'intérieur. Ajoutez la vanille et la gousse au sucre et mixez le tout(à l'aide d'un petit mixeur)et longtemps. C'est un peu la galère avec la quantité de sucre. Ensuite tamisez le tout.
Si vous n'avez pas de petit mixer, prélevez un maximum de grains de vanille pour mélangez avec le sucre.

Travaillez le beurre pour obtenir une belle pommade et ajoutez-le au mélange sucre/vanille.

Incorporez ensuite la farine, la poudre d'amande et la vanille liquide. Travaillez la pâte, normalement avec une cuillère en bois, mais personnellement, j'utilise mes mains, pour former une boule.

Ensuite, séparez cette boule en 4. Travaillez chaque part sur un stilpat pour obtenir un boudin. La pâte étant extrêmement friable, je façonne les boudins du bout des doigts et en le faisant rouler délicatement.

Coupez des tronçons de 2-3 cm de longueur que vous déposez sur une plaque allant au four recouvert de papier sulfurisé. Enfournez pour 15 minutes.

Pendant ce temps, préparez le mélange sucre impalpable/sucre vanillé.

Lorsque les biscuits  ont refroidi, roulez-les dans le mélange sucre impalpable/sucre vanillé.

Dégustez-les, ou offrez-les dans une jolie boîte.

dimanche 14 décembre 2014

Panna Cotta, Poires pochées & Dacquoise aux petites graines

On ne cesse de nous dire de privilégier les produits locaux et c'est d'autant plus vrai cette année avec l'embargo russe qui pénalise terriblement nos producteurs belges. Alors je suis devenue "Belgétarienne " ! Rassurez-vous, je ne suis pas devenue cannibale préparant un de mes concitoyens au barbecue ! Non ! Même si cette campagne "Devenons Belgétariens ", relayée par les magasins Carrefour, peut faire sourire, elle a tout de même pour but de sensibiliser les consommateurs au problème actuel. Il y a des pommes, des poires, des panais, des chicons,... et bien d'autres produits qui viennent de notre pays. Autant profiter de toutes ces bonnes choses !
Et pour illustrer tout ça aujourd'hui , j'ai choisi de mettre à l'honneur la poire avec un dessert tout en douceur : une poire (belge !) pochée à la vanille suspendue dans une panna cotta. Pour le côté craquant, une dacquoise, et pour le petit "plus", du sirop d'érable. C'est Benoît Molin qui m'a inspiré cette recette et je pense que cette petite gourmandise peut trouver sa place dans un duo ou trio de desserts pendant les fêtes.
Cette douceur n'est vraiment pas compliquée à réaliser ; elle comporte quelques étapes mais elles sont toutes très simples et il y a pas mal de temps de repos. J'espère que vous vous laisserez tenter !



Ingrédients (pour 4 personnes) :

pour les poires 
2 belles poires mûres à point
2 gousses de vanille
250 g de sucre
1 L d'eau

pour la panna cotta
500 mL de crème fraîche à 35% m.g.
70 g de sucre
3 feuilles de gélatine
quelques gouttes d'extrait de vanille

pour la dacquoise
75 g de blancs d'oeufs
15 g de sucre
50 g de sucre impalpable
25 g de poudre d'amandes
25 g de poudre de noisettes
1/2 càs de fécule de pomme de terre (maïzena)
1 petite poignée de graines de tournesol
1 petite poignée de graines de lin

finition
sirop d'érable

Commencez par pocher les poires : dans une casserole, versez un litre d'eau et le sucre. Fendez les gousses de vanille dans la longueur. Ajoutez les au sirop. Portez le tout à ébullition. Poursuivez la cuisson trois minutes.
Pendant ce temps, pelez les poires en laissant la queue.
Plongez-les dans le sirop bouillant pour 30 minutes environ en baissant le feu. Il faut que les poires deviennent tendres. Pensez à arroser régulièrement la face des poires qui est en dehors du sirop !
A la fin de la cuisson, enlevez les poires du sirop pour les laisser refroidir. Laissez le sirop refroidir également.
Arrosez les poires à nouveau avec le sirop revenu à température ambiante et conservez le tout au frigo deux heures.

Prélevez les poires du sirop et coupez-les en deux en préservant la queue. Evidez-les à l'aide d'une cuillère parisienne. Placez les demis poires à la verticale dans des verrines. En transperçant les poires dans la largeur à environ 1/3 du leur sommet avec des pics à brochette en bois, vous pourrez maintenir les poires en suspension dans les verrines.

Dans un bol d'eau froide, faites ramollir les trois feuilles de gélatine.

Dans une casserole, versez la crème, le sucre, et l'extrait de vanille. Faites chauffer la crème, et poursuivez la cuisson 10 minutes à frémissements en remuant souvent. Hors du feu, ajoutez la gélatine essorée et mélangez bien. Filtrez la préparation à travers un chinois. Répartissez la crème dans les 4 verrines contenant les poires suspendue. Pour réaliser proprement cette manipulation, prenez un petit entonnoir pour couler la crème autour des poires. Laissez refroidir et réservez au frigo pendant 4 heures pour que la crème fige.


Pendant ce temps, préparez la dacquoise.
Préchauffez le four sur 180°C

Mélangez le sucre impalpable, la poudre d'amandes, la poudre de noisette, et la fécule de pomme de terre. Tamisez le tout.

Montez les blancs en neige avec les 15g de sucre jusqu'à consistance bien ferme. Ajoutez la préparation sucre/poudre amandes/poudre noisette/fécule et mélangez délicatement  avec une maryse pour bien amalgamer les ingrédients.

Versez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et étalez bien cette préparation. Saupoudrez de graines de tournesol et de lin.  Enfournez pour 15 à 20 minutes.
A la fin de la cuisson, laissez refroidir la dacquoise avant de procéder aux découpes.

Tous les élements sont prêts, il ne reste plus qu'à procéder au dressage :

Enlevez la pique en bois qui maintenait vos poires dans la verrine. Les poires sont maintenant emprisonnée dans la panna cotta et ne peuvent plus retomber.
A l'aide d'emportes pièces de taille différentes, découpez la dacquoise pour recouvrir le dessus de la panna cotta. Découpez des petites étoiles (ou toute autre forme qui vous inspire) dans les chutes de dacquoise.
Versez un filet de sirop d'érable sur les poires. Ajoutez la petite étoile en dacquoise. Servez aussitôt.

vendredi 12 décembre 2014

Spaguettis Carbonara à la viande des Grisons

Période festive rime avec période intensive : course aux cadeaux, course pour le réveillon, décoration de la maison, petite ballade sur les marchés de Noël,... Et même si le mois de décembre comporte 31 jours, j'ai bien souvent l'impression qu'il passe plus vite que le mois de février. Et comme pour la plupart d'entre nous, le dernier mois de l'année n'est pas entièrement férié. Il faut aussi aller bosser ! Oui, Oui !  Les journées passent telles des étoiles filantes dans le ciel et moi avec tout ça, je suis un peu sur les rotules. 
Alors le soir en semaine, pour le dîner, il faut trouver des idées rapides et sans chichis. Mais de temps en temps, une petite touche d'originalité dans la casserole de tout les jours n'est pas de trop. Alors je vous propose une petite recette repérée dans mon dernier magazine de cuisine, parfaite pour un jour de semaine avec le petit côté festif en plus. Il s'agit d'un bon "carbo"comme dirait l'autre... Mais je m'excuse auprès des puristes, car il y a de la crème... Honte à moi ! Mais après tout avec de la viande des Grisons, il n'est pas 100% italien non plus. 




Ingrédients (pour 4 personnes)

300 g de spaguettis
3 jaunes d'oeufs
30 g de cèpes séchés
100 g de parmesan
300 g de crème épaisse
150 g de lardons fumés
quelques tranches de viande des grisons
sel, poivre du moulin

Portez 2 litres d'eau salée à ébullition dans une casserole. plongez les pâtes et faites les cuire "al dente".

Pendant ce temps, broyez les cèpes séchés à l'aide d'un blender ou d'un petit mixer pour obtenir une poudre grossière. Réservez.

Dans un bol, fouettez les jaunes d'oeufs avec la crème. Incorporez le parmesan. Assaisonnez à votre goût.

Dans une poêle bien chaude, faites revenir les lardons à sec et lorsqu'ils sont bien dorés, ajoutez les dans la préparation oeufs/crème en évitant d'y verser la graisse qu'ils ont rendu à la cuisson.

Egouttez les pâtes en gardant 2 ou 3 cuillères à soupe de l'eau de cuisson. Reversez les pâtes dans la casserole encore chaude. Mouillez avec l'eau de cuisson réservée. Ajoutez la préparation oeufs/crème/lardons. Remettez la casserole sur feu doux pour bien mélangez.
Versez dans un plat de service. Saupoudrez de poudre de champignon. Garnissez avec la viande des Grisons et quelques copeaux de parmesan. Servez aussitôt.

dimanche 30 novembre 2014

Spéculoos "Maison" en attendant Saint Nicolas !

Jour J-6 pour gâter nos chères petites têtes blondes. Saint Nicolas, c'est samedi ! Et décembre est déjà à nos portes... Décembre ! Le mois le plus féérique de l'année... le plus festif, le plus magique. Pour les petits comme pour les grands ! 
Commençons cette belle période par un biscuit ! Pas n'importe lequel puisqu'il s'agit du spéculoos. En Belgique, aux Pays-Bas, et en Allemagne, il se consommait traditionnellement pendant l'avent et surtout le 6 décembre, jour où l'on fête le patron de tous les écoliers. Même si on le trouve toute l'année, le faire soi-même, ce n'est pas pareil ! Je trouve le moment idéal pour cuisiner ces biscuits surtout pour le mélange d'épices qui le composent. Cependant, chaque personne a sa façon de faire, sa recette de famille, son petit ingrédient secret. N'ayant pas de recette de grand-mère dans le fond de mon tiroir, j'étais un peu perdue parmi tant de possibilités quand la semaine dernière, ma copine Isa propose sa petite recette. Plus la peine d'hésiter !
Et quelle satifaction de sentir les épices lorsque vos petits bisuits cuisent gentillement dans le four.  Quel plaisir de croquer dans ces petits biscuits. Une chose est sûre : nous en offrirons avec un verre de lait au grand Saint qui devrait descendre pendant la nuit du 5 au 6 décembre... du moins si mes deux loustics ont été bien sages !



Ingrédients (pour +/- 50 biscuits)

125 g de cassonade brune
100 g de beurre salé à température ambiante
1 oeuf
250 g de farine
1 càc de levure chimique (baking powder)
1 et 1/2 càc de mélange d'épices à spéculoos (coriandre, cannelle, piment, muscade)
1/2 càc de gingembre moulu

La veille :
Vous pouvez préparer la pâte dans votre robot muni de la "feuille".

Dans un grand bol, travaillez le beurre bien mou avec la cassonade brune pour obtenir un mélange bien crémeux. Ajoutez l'oeuf, les épices à spéculoos et le gingembre moulu. Remélangez.
Ajoutez la farine et la levure chimique sans cesser de mélanger. Lorsque la pâte forme une masse bien homogène, formez une boule à la main. Emballez la boule de pâte dans un film alimentaire et réservez au frigo pour 24h. Les épices vont ainsi diffuser dans toutes la pâte (petit conseil judicieux d'Isa !).

Le lendemain :
Préchauffez le four à 190 °C.  

Etalez la pâte sur 0,5 cm. A l'aide de petits emportes pièce, découpez la pâte et déposez vos petits biscuits sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé. Enfournez pour 9 à 10  minutes en surveillant la fin de la cuisson. Pour des biscuits un peu plus moelleux, formez une petite boule de pâte et aplatissez-la légèrement. Enfoncez une amande dans la pâte. Enfournez également 9 à 10 minutes. 
Après cuisson, laissez refroidir les spéculoos sur une grille. Conservez-les dans une boîte en fer.

dimanche 23 novembre 2014

Quiche comté, moutarde & ciboulette

Chaque année, je vous propose une petite quiche,... Alors ne changeons pas la règle ! Voici celle que j'ai choisie pour 2014. 
Avec ce beau mois de novembre en Belgique, j'avais envie d'imaginer un dimanche midi ensoleillé, une jolie table dressée pour un brunch, les fenêtres entrouvertes vers le jardin, les enfants jouant à l'extérieur. Aujourd'hui, on ne fait pas de chichis. On a prévu des plats simples mais qui font plaisir. On profite, un point c'est tout ! Alors cette quiche est la bienvenue : simple et rapide, prête à l'avance. Une petite salade, et un bon petit vin blanc. Moi personnellement, je suis tentée. Et vous ?

La recette m'a tapée dans l'oeil il y a déjà quelques semaines en lisant dans mon magazine un article consacré sur les moutardes ... Mais pas de chance pour moi , l'ingrédient central, une moutarde aux herbes vertes ne se trouve pas dans ma région.  J'ai cherché, vous pensez bien ! J'en ai vu à l'estragon, au miel, à la figue, mais pas celle à la jolie couleur verte dont j'avais besoin. N'ayant pas la possibilité de m'offrir un petit voyage sur la France, j'ai bidouillé avec ce que j'avais à la maison même si j'ai fini par la trouver sur internet. 
De toute façon, que vous preniez cette moutarde ou une classique, elle ajoutera un peu de "peps" à la recette. La quiche est fort sympathique, surtout avec une petite frisée aux lardons toute simple.


Ingrédients (pour 1 quiche de 24 cm)

1 pâte brisée
4 oeufs
250 mL de crème fraîche (35% m.g.)
150 mL de lait
150 g de comté
4 càs de moutarde douce
20 brins de ciboulette(+ quelques brins pour la déco)
10 feuilles de basilic
poivre de cayenne
sel, poivre noir

Préchauffez le four à  210°C.

Déroulez votre pâte brisée et foncez un moule à tarte de 24 cm de diamètre préalablement beurré. Piquez-la à l'aide d'une fourchette. Enlevez l'excédent de pâte avec une bonne lame.

Ciselez la moitié des brins de ciboulette et toutes les feuilles de basilic. Mélangez les herbes avec deux cuillères à soupe de moutarde. Etalez cette préparation sur votre pâte. Réservez au frigo.

Ciselez les autres brins de ciboulette.
Dans un grand bol, fouettez les oeufs avec la crème. Ajoutez le fromage, le poivre de cayenne et les deux dernières cuillères à soupe de moutarde. Sans cessez de battre, incorporez le lait et la ciboulette ciselée. salez et poivrez.

Versez ce mélange sur le fond de tarte et enfournez à 210°C pour 10 minutes. Après ce temps, baissez la température à 180°C et poursuivez la cuisson pendant 30 à 35 minutes. (la préparation a pas mal gonflé pendant la cuisson et j'ai bien cru à une mini catastrophe mais dès la sortie du four, ça retombe en quelques instants).

Servez chaud ou tiède avec une petite salade. N'oubliez pas de décorer avec quelques brins de ciboulette.

dimanche 16 novembre 2014

Tarte aux noix de pécan & sirop d'érable

En démémageant en Wallonie,nous nous sommes forcément réabonnés à la télévision. Mais en passant de la région flamande à la région wallone, il y a quelques chaînes qui ont changé et pour mon plus grand bonheur, j'ai maintenant Cuisine+ ! J'ai redécouvert les émissions de Jamie Oliver (il faudra absolument que je vous en parle très bientôt) mais à l'occasion je tombe sur l'une ou l'autre émission sympa. Et non, je ne suis pas branchée en permanence sur cette chaîne !!!

Je suis donc tombée sur Bernard mardi dernier, en ayant quelques instants de paix dans mon salon, les garçons profitant dehors des dernières lueurs du jour.  Enfin, je suis surtout tombée sur ces desserts ! Ce blogueur proposait à la télévision une tarte aux noix de pécan apparemment démentielle avec une recette importée du Canada. J'ai filé prendre un carnet et un crayon, sachant que c'était le genre de gourmandise qui ferait plaisir à mon mari, puisqu'il est allé plusieurs fois là-bas et qu'il me parle souvent de tout ce qu'il a pu y manger.

Alors je me suis lancée, forte des conseils entendus pendant l'émission . Et maintenant je peux vous dire une chose : cette tarte est une véritable bombe ! Et pour ne rien gâcher, elle est parfaite pour la saison. Personnellement, j'adore les desserts à base de sirop d'érable en automne et en hiver ! Si vous êtes tenté, je ne peux que vous la conseiller pour un goûter, après une bonne balade (étant très riche à la base, je l'éviterais après un repas à moins d'être un grand gourmand).  En tous cas, la recette est sympathique, la garniture est très simple à réaliser et si vous ne tenez pas à faire votre pâte sablée vous-même, vous pouvez toujours zapper cette étape en achetant une pâte prête à l'emploi même si je vous recommande celle faite "maison". Cette tarte vous laissera de bonnes odeurs de sirop d'érable dans toute la cuisine et surtout elle vous transportera au Canada à chaque bouchée, du moins c'est ce que dit mon mari !






Ingrédients (pour une tarte de 24 cm)

Pour la pâte sablée
 
210g de farine
125g de beurre doux en morceaux très froid
25g de poudre d'amande
50g d'œuf battu
1 pincée de sel
35g de sucre glace
1 gousse de vanille

Pour la garniture

170 g de vergeoise brune
15 g de farine
40 g de beurre fondu
3 oeufs
100 g de sirop d'érable
240 g de sirop de maïs
1 càc d'extrait de vanille
190 g de noix de pécan

glace vanille pour le service



Dans le bol du robot, déposez la poudre d'amande, le sucre glace, les petits grains récupérés à l'intérieur de la gousse de vanille,  la farine et le sel. Ajoutez le beurre coupé en petits morceaux au préalable et que vous avez réservés au frigo. Munissez votre robot de la "feuille"et mélangez le tout. On parle ici de "sabler" le mélange car le résultat obtenu doit former une sorte de sable. Ajoutez l'oeuf battu, continuez de mélanger jusqu'à ce que l'oeuf soit entièrement absorbé par la pâte. Formez une boule et aplatissez-la déjà un peu. Filmez et conservez au frigo pendant 1h.

Après ce temps de repos et après l'avoir légèrement farinée, abaissez votre pâte sur une feuille de papier sulfurisé.
Beurrez à l'aide d'un pinceau un cercle à pâtisserie de 24 cm. Déposez-le sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé
Foncez le cercle en veillant à bien former un angle droit entre le fond de pâte et le cercle et bien faire adhérer la pâte sur le cercle. Enlevez l'excédent de pâte à l'aide d'un couteau. Réservez au frigo pendant la préparation de la garniture.

Préchauffez le four à 180°C

Dans un bol, versez la vergeoise brune et la farine. Ajoutez les oeufs un à un en mélangeant au fouet. 

Il suffit ensuite d'ajouter les autres ingrédients un par un en mélangeant à chaque fois. Incorporez le sirop d'érable, le sirop de maïs, l'extrait de vanille et pour terminer les noix de pécan.

Déposez cette garniture dans votre fond de tarte à l'aide d'une louche. 

Enfournez pour 40 minutes. La préparation va légèrement gongler pendant la cuisson mais retombera aussi vite une fois la tarte sortie du four. Déposez la tarte sur un plat de service. Enlevez le papier cuisson et décerclez prudemment.

Servez-la tiède avec une quenelle de glace vanille par-dessus.

mardi 11 novembre 2014

Petite brioche raisin/sucre

Le petit déjeuner, c'est sacré. Ne dit-on pas "petit-déjeuner comme un roi". Bon, il faut déjeuner comme un prince et dîner comme un pauvre pour être exact... Mais laissons cette deuxième partie de citation pour un autre jour... Et si nous revenions au premier repas de la journée avec une recette qu'un collègue ayant suivi des cours de boulangerie m'a transmise ! Et puis, c'est aussi l'occasion pour moi de vous parler de la spécialité de beurre Balade vital au sel marin que j'ai eu la chance de tester.


Je ne peux pas concevoir le samedi ou le dimanche sans un excellent petit déjeuner avec mon mari et mes deux loulous. J'estime que nous courrons déjà assez les cinq autres jours de la semaine. Du lundi au vendredi, un petit café,  une barre de céréals... et hop! dans la voiture pour le boulot. Alors rien ne dérogera mon sacro-saint petit déjeuner du dimanche avec les pancakes, le sirop d'érable, le jus d'oranges pressés et un excellent café. Non, rien ! Le samedi est plus variable :  soit je me laisse tenter par les viennoiseries d'un boulanger, soit je teste une nouvelle recette. Et cette fois-ci, c'est ma cuisine qui avait les bonnes odeurs de boulangerie. Comme dans le temps... quand il y avait encore des vrais boulangers pour préparer pains et couques toutes la nuit. En Belgique, il y a bien trop de "dépôts de pain"aujourd'hui. Et c'est bien triste de voir le métier de boulanger disparaître. Et je comprends de plus en plus les gens qui font leur pain eux-même. Pour ma part, j'ai préparé ces jolies petites brioches au sucre et aux raisins. Je ne pouvais pas me tromper avec cette recette que Daniel, un collègue m'a donnée l'année passée lorsqu'il suivait des cours de boulangerie. J'ai juste bidouillé un peu avec la levure sèche car je n'avais pas de levure fraîche chez moi et j'ai dû chipoter avec la température du four pour la cuisson. Mais ces brioches étaient à tomber ! La mie moelleuse, le sucre fondu à l'intérieur et caramélisé à l'extérieur ! Trempées dans un chocolat chaud, c'était juste magique !


Ingrédients (pour 10 brioches individuelles)

625 g de farine (classique, pour pâtisserie)
200 g de beurre à température ambiante
30 g de sucre + 1 pincée
10 g de sel
1 sachet de levure sèche de boulangerie
250 mL d'eau
1 oeuf + 1 pour la dorure
80g de sucres perlés
65 g de raisins secs


Dans une petite casserole, faites tiédir l'eau. Enlevez du feu et ajoutez la levure sèche et 1 petite pincée de sucre. Mélangez. Laissez réhydrater pendant deux minutes.

Dans le bol de votre robot, versez la farine, le sucre et le sel. Mélangez.
Ajoutez l'eau et la levure, l'oeuf et le beurre coupé en morceaux. Placez le crochet pétrisseur à votre appareil et enclenchez le robot sur la plus petite vitesse et pétrissez jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène et lisse. Laisser reposer la pâte 25 minutes dans le bol du robot à température ambiante.

Ajoutez le sucre perlé et les raisins. Remélangez quelques instants avec le robot pour bien répartir ces deux ingrédients dans toutes la pâte. Divisez la pâte en pâtons de 125 g environ. Cela vous fera 10 pâtons.  Pesez-les pour ne pas vous retrouver avec des pâtons de poids très différents (c'est important pour la cuisson !). Laissez reposer pendant 30 minutes à température ambiante.

Retravaillez ensuite chaque pâton et formez une jolie boule. Déposez-les sur des plaques à pâtisserie recouvertes de papier sulfurisé en les espaçant bien. Laissez une dernière-fois reposer dans un four légèrement préchauffé et éteint (normalement dans une étuve à 32°C). Laissez les boules de pâte doubler de volume.
Sortez-les ensuite du four pour le préchauffer à 230°C. Dorez-les avec un oeuf battu.

La recette préconise de les enfourner 15 minutes à cette température. Mais dans mon four, ma première fournée était un peu trop cuite. J'ai enfourné une seconde plaque à pâtisserie à mi hauteur en coupant le four pendant 5 minutes. J'ai ensuite réenclenchez le four sur 230°C pour les 10 dernières minutes de cuisson et en plaçant la plaque au plus bas dans le four. 
Laissez tiédir sur une grille. 

Et si vous arrivez à y résister, conservez-les dans une boîte à pain jusqu'au lendemain.


Ces petites merveilles, j'aime les déguster encore tiède, avec un chocolat chaud bien sûr ! Je les ouvre en deux où je dépose une lichette de beurre demi-sel qui fond instantanément sur la mie et une belle cuillèrée de confiture. 

Aaah ! le beurre ! Difficile de s'en passer mais ce n'est pas toujours très bon pour les artères !
Ayant été séduite par la crème Balade Vital il y a quelques mois, j'ai accepté de tester leur nouveau produit : un beurre qui n'augmente pas le cholestérol avec 80% de graisses saturées en moins que l'original. Encore une fois, j'ai été surprise par cette gamme en retrouvant dans ce produit un goût proche du vrai beurre avec une petite pointe de sel fort sympathique. Etant une grande gourmande, je n'ai pas été déçue en tartinant les brioches que j'avais préparées. A conseiller donc,  cette spécialité de beurre Balade Vital au sel marin ! Et en plus c'est Belge !

vendredi 31 octobre 2014

tarte à la citrouille & lait concentré sucré pour sorcière débordée !

Cette année, notre gentille sorcière est quelque peu débordée... Pas le temps pour elle de connaître de longues incantations ou formules magiques alambiquées ! Juste la possibilité  de dire "abracadabra" et hop! une tarte à la citrouille sur la table. Oui, c'est possible surtout lorsque le sortilège vient de l'autre côté de l'Atlantique !



Ingrédients

1 rouleau de pâte brisée
425 g de purée de citrouille
340 g de lait concentré sucré
2 gros oeufs
125 g de sucre roux de canne
1/2 càc de cannelle
1/2 càc de 4 épices
 1 pincée de sel
1 noisette de beurre

1 pot de crème épaisse
un peu sucre

Préchauffez le four sur 180°C.

Beurrez un moule de 26 cm (à fond amovible si possible). Déroulez la pâte brisée et foncez votre moule. Coupez l'excédent de pâte, piquez-la de toutes parts avec une fourchette. Placez-le tout au frigo pendant 20 minutes
 
Reprenez votre pâte brisée du frigo. Déposez par dessus un morceau de papier sulfurisé et des poids de cuisson (ou des gros haricots secs). Enfournez pour 10 minutes.

Après cette première cuisson à blanc, enlevez poids de cuisson et papier sulfurisé.

Montez la température du four à 210°C

Dans un grand bol, fouettez les oeufs avec le sucre roux. Ajoutez le sel, les épices, le potiron et le lait concentré.
Mélangez bien le tout. Aidez-vous d'un mixeur-plongeur pour amalgamer tous les ingrédients
Verser sur le fond de tarte et enfournez pour 15 minutes.

Au bout de ce premier 1/4 d'heure de cuisson, baissez la température du four sur 180°C. Poursuivez la cuisson 25 minutes de plus en ajoutant un morceau de papier sulfurisé par-dessus la tarte pour éviter qu'elle ne colore un peu trop.

Après cuisson, laissez refroidir avant de démouler.
Avant de servir, mélangez un peu de sucre à de la crème épaisse. Servez une part de tarte avec cette préparation.

dimanche 26 octobre 2014

Tarte aux pommes classique (et surtout très facile)

Panique à bord !!! Belle maman arrive bientôt et je n'ai pas de dessert !
Manquer de temps, cela arrive à tout le monde. Et quand on reçoit, on a quand même envie de proposer quelque chose de correct à ses invités, surtout si c'est sa belle-mère qui vient dîner.
Mais cette fois-ci, il va falloir ruser car les minutes s'égrainent... Alors je vais vous prouver qu'avec pas grand choses et avec un minimum de  manipulations, il y a moyen de cuisiner une joli dessert à ces convives. Avec cette tarte aux pommes, je vous propose de jouer un petit coup de "bluff" ! Car pour vous dire toute la vérité, cette recette, trouvée dans le folder d'une de nos célèbres enseignes belges, s'adresse avant tout aux enfants.  Je n'y ai rien changé sauf ceci : pour plus d'esthétique, j'ai préféré détailler les pommes en bâtonnets plutôt que de les râper. 
Et voilà , le tour est joué : facile, rapide, plutôt jolie et ... gourmande .  C'est Belle Maman qui va être contente !


Ingrédients :

3 pommes "Golden"
1 citron
50 g de poudre d'amande
50 g de beurre mou + 1 noisette pour l moule
100 g de sucre de candi blonde
2 oeufs
1 rouleau de  pâte brisée

Préchauffez le four sur 180°C.

Beurrez un moule de 24 cm (à fond amovible si possible). Déroulez la pâte brisée et foncez votre moule. Coupez l'excédent de pâte, piquez-la de toutes parts avec une fourchette. Placez-le tout au frigo

Commencez par presser le jus de citron. Versez-les dans un premier grand bol. Pelez et coupez les pommes en batonnêts. Ajoutez les batonnêts de pomme au fur et à mesure et mélangez-les avec le jus de citron.

Dans un autre bol, travaillez le beurre bien mou avec le sucre de candi blonde. Ajoutez les oeufs et mélangez le tout au fouet. Versez cette préparation dans le premier bol contenant les pommes. Mélangez délicatement.

Reprenez votre pâte brisée du frigo. Déposez par dessus un morceau de papier sulfurisé et des poids de cuisson (ou des gros haricots secs). Enfournez pour 10 minutes.

Après cette première cuisson à blanc, enlevez poids de cuisson et papier sulfurisé. Saupoudrez  la poudre d'amandes sur le fond de votre pâte. Versez la préparation aux pommes en répartissant bien.

Enfournez pour 30 minutes.

Une fois la tarte sortie du four, laissez tiédir et servez-la avec une glace vanille (ou une glace au lait d'amandes, c'est encore meilleur).


samedi 18 octobre 2014

Crème de potiron et croûtons au curry

Je suis là !!! Enfin de retour !!! Je cuisine à nouveau... dans mon nouveau chez moi. Les cartons sont déballés, du moins les principaux car il y en a encore beaucoup dans mon garage qui attendent sagement d'être ouverts. 
Les bonnes odeurs de cuisson, les effluves d'un plat qui mijote ou d'un cake qui gonfle dans le four, le geste de découper un fruit ou un légume au couteau,... tout cela me manquait. Car dans un déménagement, il y a toujours ce moment inévitable où l'on se retrouve assis entre deux chaises. Quand j'ai vu mes affaires disparaître sous le papier bulle et emballées dans les cartons et mes meubles se démonter au fur et à mesure, je ne me sentais plus tout à fait chez moi et mon ancien appartement tenait plus de l'entrepôt que d'un lieu de vie. Ensuite, après les premières émotions et les joies d'ouvrir la porte de ma nouvelle maison, je me suis à nouveau retrouvée au milieu d'un champs de caisses et avant même de pouvoir penser à les déballer, il faut quelque peu rafraîchir, nettoyer et remonter les meubles. Au pays des bisounours, il suffit d'un peu de magie et d'un claquement de doigts ; dans la réalité, cela prend un peu plus de temps. 
Pendant cette sympathique période, que manget-on ? Quand on a de la chance, la cuisine de ma maman. Et quand elle n'est pas dispo, une bonne "crasse"comme on dit par chez nous. Cela m'a donné l'occasion de découvrir la friterie du coin (qui est somme toute très bonne et les portions sont gigantesques) mais même en étant une bonne belge, on finit par se lasser quand on y va quasi tous les jours en alternance avec le fast food. Si les enfants étaient ravis, mon mari et moi, nous en avions un peu ras le bol. Une chose est sûre : c'est pas top pour la ligne !

Allez !! Tout cela est derrière moi maintenant. Et puis ça en valait la peine. Maintenant que ma petite tribu est bien installée, et la cuisine fonctionnelle, je reviens vers vous, tout en douceur avec une petite soupe de potiron. Rien de bien compliqué mais hyper réconfortant en cette saison quand les températures commenceront à chuter... J'y ai ajouté des croûtons "maison" saupoudré de curry pour contrebalancer la fadeur du potiron et donner un peu de peps à ce velouté.

Avant de vous donner la recette, sachez que je suis très heureuse de vous retrouver !



Ingrédients :

1 kg de chair de potiron taillé en gros dés
2 petits oignons
1 cube de bouillon de volaille
250 mL de crème fraîche 
huile d'olive
Sel et poivre du moulin
5- 6 tranches de pain un peu dur
huile de tournesol
1/2 càc de curry en poudre

Graine de potiron (facultatif)
vinaigre balsamique (facultatif)

Pelez et hachez les deux oignons.
Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans une casserole à feu moyen. Versez les oignons et laissez-les se colorer quelques minutes. Ajoutez les cubes de potiron, mélangez et couvrez avec 1 litre d'eau. Emiettez un cube de bouillon de volaille par dessus et laissez mijoter à couvert pendant 30 minutes.

Pendant ce temps, prélevez la mie du pain et taillez-la en dés. Saupoudrez-les de curry. Versez de l'huile de tournesol dans une poêle chauffée à feu vif. Baissez le feu et déposez les dés de pain dans l'huile chaude. Surveillez-bien la cuisson des croûtons. Lorsqu'ils sont bien dorés, transferez-les sur du papier absorbant pour enlever l'excédent d'huile. Réservez.

\Dans une poêle, grillez à sec les graines de potiron. Réservez.

Lorsque le potiron est bien tendre, mixez (à l'aide d'un mixeur plongeur). Versez la crème, salez et poivrez et mixez à nouveau. 

Au moment de servir, agrémentez votre soupe de graine de potiron grillées, de croûtons au curry pour réveiller un peu ce velouté. Et pour ceux qui veulent un peu plus de peps, ajoutez quelques gouttes de vinaigre balsamique.

dimanche 12 octobre 2014

Concours Fair Trade - Delhaize : le gagnant !

 Après avoir attribué un numéro à chacun des participants, j'ai demandé à une main innocente (en l'occurence celle de mon fils) de tirer au sort. 

C'est donc Christel Deloddere qui remporte le sac et les articles issus du commerce équitable. Toutes mes félicitations ! Envoyez-moi vos coordonnées sur ma boîte gmail Stephinthecuisine@gmail.com afin de faire suivre votre colis.


Encore merci à tous les participants !
 Sans oublier Delhaize pour ce sympathique partenariat !!!

jeudi 2 octobre 2014

Gagnez un sac collector rempli de produits Bio Fair Trade (Delhaize)

Vous l'avez sans doute entendu à la radio ou vu à la télevision : cette semaine est celle du commerce équitable. Sa démarche vise à utiliser le commerce comme un moyen de développement et de réduction des inégalités,  tout en veillant à la juste rétribution des producteurs. Il s'organise selon 10 principes fondamentaux : 
créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement en situation de désavantage.
la transparence et la responsabilité
la capacité individuelle
promouvoir le commerce équitable
le paiement d'un prix juste
l'égalité entre les sexes
les conditions de travail
le droits des enfants
l'environnement
les relations de commerce

Max Havelaar est un des précurseurs de ce commerce équitable et cela fait 25 ans qu'il peut compter sur la collaboration de Delhaize pour croire en l'importance de celui-ci et distribuer des produits cultivés dans le respect de l'environnement et pour lesquels les agriculteurs du Sud perçoivent un prix juste. L'enseigne belge propose déjà plus de 70 produits issus du commerce équitable à ses clients.

Max Havelaar Belgique, nouvellement appelé Fair Trade fête donc son quart de siècle d'existence et pour cet anniversaire, je  propose à tous mes lecteurs belges de gagner un sac collector en coton bio édité pour l'occasion rempli de produits Bio Fair trade.
Il contient une tablette de chocolat noir 70%, un paquet de bonbons au miel, un paquet de café, de l'Ice Tea Green, du thé Earl Grey, un paquet de noix de cajou et un paquet de spéculoos.


Pour participer au concours destiné à tous mes lecteurs belges, rien de plus simple :

- Aimer/Liker ma page FB Steph in the cuisine si cela n'est pas déjà fait.

- Laisser un commentaire sur ma page FB sous la photo du sac collector.

Vous avez jusqu' au vendredi 10 octobre inclus pour participer et je tirerai au sort le nom du gagnant le dimanche 12 octobre.

Bonne chance à tous !

lundi 1 septembre 2014

Cookies au Nesquik

C'est le jour de la rentrée ! Après 8 semaines de vacances, voilà nos chères petites têtes blondes de retour à l'école. Le cartable est bien rempli... on a bien vérifíé que tout le matériel y était. Les petits loulous sont tout beaux  pour le premier jour... Il s'agit de faire bonne impression devant son nouvel instituteur. Un dernier petit bisou... et hop ! C'est reparti pour une nouvelle année scolaire.

Pour moi et ma petite famille, la rentrée sonne aussi le temps du changement ! Toute nouvelle école pour mon aîné ce matin et pour nous tous, un autre décor, une nouvelle vie... Et oui ! C'est le déménagement qui se profile dans quelques jours. Les cartons se sont empilés dans tout l'appartement et les armoires de ma cuisine se vident progressivement. Je vais donc vous abandonner quelques semaines, histoire de passer d'un logement à l'autre, de m'y installer correctement... Je reviendrai très vite au début de l'automne avec de nouvelles recettes (l'automne reste ma saison préférée donc je vais essayer de compenser cette petite absence...). En attendant, je continuerai de faire vivre ma page facebook en vous faisant redécouvrir des anciennes recettes et en donnant de mes nouvelles...

Mais avant cela, je vais encore vous proposer une petite douceur, parfaite pour une collation car en ce jour de rentrée scolaire, j'ai pensé aux enfants. Beaucoup d'entre eux (à commencer par le mien) sont fans de cette poudre cacaotée à dissoudre dans le lait. Je trouvai l'idée sympa de s'en servir comme ingrédient dans une recette de biscuits. C'était aussi l'occasion d'utiliser une dernière fois mon livre "La bible des gourmandises new-yorkaises" avant de le ranger dans un de mes nombreux cartons...

Une bonne rentrée à tous !



Ingrédients (pour 25 cookies)

120 g de beurre ramolli
140g de sucre roux de canne (blond)
1 oeuf
220 g de farine
2 càs rases de Nesquik
1/2 càc de  levure chimique (baking powder)
1/2 càc de bicarbonate de soude
130 g de pépites de chocolat noir


Préchauffez le four à 180°
Dans un grand bol, travaillez le beurre avec le sucre pour obtenir une préparation bien homogène. Incorporez l'oeuf. Mélangez bien.

Ajoutez la farine, le Nesquik, la levure chimique, et le bicarbonate. Mélangez bien pour obtenir une pâte homogène. Terminez en versant 100 g de pépites de chocolat noir. Mélangez une dernière fois.

Formez 25 boules avec la pâte. Aplatissez-les un peu. Sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé, disposez les boules de pâtes en les espaçant bien (les biscuits vont s'étaler sous la chaleur du four). Enfoncez quelques pépites restantes sur le dessus de chaque boule de pâte.  Enfournez pour 10 minutes.

A la sortie du four, laissez les cookies sur la plaque encore quelques instants  avant de les transférer sur une grille.  

Après complet refroidissement, dégustez au goûter ou conservez-les 2 à 3 jours dans une boîte en fer.

samedi 23 août 2014

Tarte fine aux prunes et à la lavande

Elle n'est pas spécialement jolie.... mais elle est simple et rapide. Et pour les amateurs de desserts acidulés, cette tarte est juste délicieuse. Une petite note fleurie vous amènera ailleurs, là oú le soleil éclaire les champs de lavande ! Car c'est encore l'été même si.... ces derniers jours nous ont propulsé en automne... L'alternance pluie/éclaircie en Belgique... on connaît, même au mois d'août mais tomber à 8°C le matin (4°C pour un collègue sur le quai d'une gare dans le Brabant Wallon), c'est quand même rude. Pas facile de profiter encore des petits plaisirs de l'été quand on rallume le chauffage dans nos maisons au lieu de boire un apéro sur la terrasse et quand on apprécierai une bonne soupe ou des marrons chauds au lieu d'une bonne viande grillée au barbecue. 
Moi, j'ai encore envie d'y croire. L'été est loin d'être fini et l'arrière saison est souvent magnifique. Avant de succomber aux plaisirs automnales, essayons d'apprécier ces derniers jours de vacances avant la rentrée ! Et ça tombe bien avec les prunes ! Elles envahissent nos marchés, de toutes les sortes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs !!! Elles sont sources de fibres et de vitamines et ont bien plus de vertus qu'on ne le pense ! De quoi redonner le sourire, non ??? Sur une tarte, ces prunes rouges caramélisées et cette touche subtile de lavande vous amèneront le soleil dans la tête ! J'en suis sûre !



Ingrédients

1 rouleau de pâte feuilletée
15 prunes rouges
25 g de beurre demi-sel
20 g + 1 càs de sucre roux de canne
1 càs de vinaigre balsamique
1 càc de fleurs de lavande séchées (produit bio)

Préchauffez le four à 180°C.

Sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé, déroulez la pâte feuilletée et piquez-la de toutes parts à l'aide d'une fourchette. Réservez au frais.

Lavez et séchez les prunes. Coyupez-les en deux, dénoyautez-les.

Dans une poêle chauffée à feu moyen, faites fondre le beurre. Saupoudrez des 20 g de sucre roux et ajoutez le vinaigre. Mélangez et déposez les demi-prunes (face bombée au-dessus). Poursuivez la cuisson entre 5 et 10 minutes pour caraméliser légèrement les prunes.

Disposez les prunes (face coupée au-dessus) sur la pâte feuilletée. Saupoudrez 1 cuillère à soupe de sucre sur les prunes et enfournez pour 25 minutes.

Laissez tiédir et parsemez de fleurs de lavande juste avant de servir.

(recette du CVF hors série 2014)

vendredi 15 août 2014

Bouchées miel & citron

Quand je prends un café ou un thé à l'extérieur, ce que j'aime le plus c'est le petit gâteau "maison" offert sur le plateau, la petite mignardise qui se mange en une seule bouchée et qui a un petit goût de trop peu...  

Dans l'idée d'accompagner une bonne tasse de café avec un petit quelque chose, mais chez moi et non au restaurant, c'est la recette de Lillie qui m'a beaucoup tentée . Avec l'avantage de pouvoir en cuisiner un certain nombre, on peut se laisser aller à dévorer un deuxième, voire un troisième petit gâteau...



Ingrédients (pour une vingtaine de bouchée)


80 g de poudre d'amandes
40 g de farine
50 g de beurre
70 g de sucre roux de canne
1 càs de miel liquide
2 blancs d'oeufs
le zeste d'1 citron bio
une petite poignée d'amandes effilées.

Dans une poêle, grillez à sec une petite poignée d'amandes effilées. Réservez.
 
Préparez ensuite un beurre noisette : dans un poêlon, faites fondre le beurre sur feu doux. Une fois fondu, le beurre va crépiter. Quelques instants plus tard, les crépitements s'arrêtent et le beurre se colore d'une teinte dorée et dégage cette odeur caractéristique de noisette. Filtrez pour enlever l'écume formée pendant la cuisson et réservez le beurre noisette dans un autre récipient.
Ajoutez-y la cuillère de miel et mélangez. Laissez refroidir.

Préchauffez le four à 180°

Fouettez vigoureusement les blancs d’œufs avec le sucre roux de canne dans le saladier. Incorporez-y la poudre d’amande, la farine, le zeste de citron et le beurre noisette. Mélangez bien tous ces ingrédients
Placez des caissettes en papier dans des mini moules à muffins.  Remplissez les caissettes à 3/4 avec la pâte.  Ajoutez  quelques amandes effilées grillées et enfournez pour12 minutes

A la sortie du four, démoulez (pour éviter la formation d'humidité sur le papier des caissettes) et laissez refroidir sur une grille.

A déguster à l'heure du goûter... à picorer avec une bonne boisson chaude...

samedi 9 août 2014

Macaron Mogador (Pierre Hermé)

Les macarons... j'adore !
Et encore plus le Mogador !

Les macarons... c'était la recette qui me faisait peur. Et pourtant, en tant que bloggueuse, il a bien fallu que je m'y risque. Pour bien d'autres choses également, car sans un petit peu de témérité, j'en serais restée aux recettes de cookies. Je n'aurais jamais cuisiné de pâte à choux, de pâte sablée maison, ou de la brioche.  La première fois, j'étais fébrile... la deuxième fois, plus confiante, et maintenant faire des macarons,  c'est un pure moment de détente (à condition de ne pas avoir mes deux petits monstres en train de courir autour de moi).

Et puis plonger dans une recette de Pierre Hermé, c'est toujours du grand bonheur. Parce que ses recettes sont merveilleuses et gourmandes et surtout parce qu'elles sont d'une grande justesse. Du cake à la carotte aux tomates confites, je n'ai jamais été déçue. Il était donc temps de préparer ces macarons qui me faisaient tellement envie. J'en rêvais depuis longtemps ! J'ai tant espéré qu'une bonne âme me ramène de Paris, ces fameux Mogadors. Alors ces derniers, ceux qui sont juste là sur la photo ne viennent pas de sa boutique, mais bien de mon four. Et pour en avoir déjà fait deux fois, je ne m'en lasse pas. Je craque pour le goût acidulé du fruit de la passion qui équilibre le sucré des coques. Et puis la meringue italienne, certe un peu plus technique, donne des macarons croustillants à l'extérieur, moelleux à l'intérieur. Une petite mignardise qui se mange sans fin !




Ingrédients (pour +/- 35 macarons)

Pour les coques :
150 g de poudre d'amandes
150 g de sucre glace
55 + 55 g de blancs d'oeufs  "liquéfiés"
2,5 g de colorant alimentaire en poudre jaune
0.5 g de colorant alimentaire en poudre rouge
150 g de sucre
37.5 g d'eau
poudre de cacao non sucrée

Pour la ganache
275 g de galets de chocolat au lait
125 g de purée de fruit de la passion (les vergers de boiron) ou 125 g de jus de fruit de la passion frais
50 g de beurre à température ambiante


Préparation des coques

Avant toute chose, vous avez besoin de blancs d'oeufs "liquéfiés". Ce sont des blancs d'oeufs que vous aurez laissé vieillir pendant 7 jours au frigo.

Mélangez brièvement et par à-coups le sucre glace et la poudre d'amandes dans un blender. Tamisez ce mélange.

Incorporez les deux colorants alimentaires en poudre aux premiers 55g de blancs d'oeufs liquéfiés. Versez-les ensuites sur la préparation sucre glace/poudre d'amandes tamisées. Mais ne les mélangez pas !

Dans une casserole, déposez le sucre et l'eau. Deposez les autres 55 g de blancs d'oeufs liquéfiés dans le bol de votre robot muni du fouet.
Faites alors bouillir l’eau et le sucre à 118 °C. Dès que le sirop atteint les 115 °C,  commencez à monter les blancs d’oeufs  liquéfiés en neige dans votre robot.
Lorsque le sirop atteint la température de 118 °C, versez-le sur les blancs sans cesser de fouetter. Pour bien faire, laissez couler le sirop le long de la paroi du bol du robot. Vous éviterez les projections ! Continuer de fouetter et laissez refroidir à 50 °C. Vous devez obtenir une meringue lisse et brillante et observez le fameux "bec d'oiseau" en relevant le fouet du robot.

Vient ensuite l'étape du macaronage : incorporez la meringue (en trois fois) dans la préparation sucre glace-amandes à l'aide d'une maryse. Mélangez de l'extérieur vers l'intérieur en écrasant légèrement vers le centre à l'aide de la maryse et en faisant retomber la pâte. La pâte est prête lorsque vous  la prélevez avec la spatule et qu'elle retombe en ruban. Vos mouvements doivent être doux et amples !
Remplissez une poche à douille munie d'une douille lisse avec cette pâte.
Recouvrez plusieurs plaques allant au four avec du papier sulfurisé. "Pochez" des petits dômes de pâte d'environ 35 millimètres de diamètre. Tapez ensuite fermement chaque plaque permettant ainsi d'égaliser la surface des macarons.

Avec un petit tamis, saupoudrez les coques d’un léger voile de cacao en poudre. Laissez croûter les coques pendant au moins 30 min.

La cuisson est l'étape la plus problématique. Il vous faudra "apprivoiser" votre four pour la cuisson des coques. Je vais vous indiquer la température et le temps de cuisson chez moi mais cela peut varier un petit peu d'un four à l'autre.

Préchauffez le four, chaleur tournante à 180 °C. Glissez les plaques dans le four. Laissez cuire 8 min (contre 12 dans la recette originale) en ouvrant rapidement 2 fois la porte du four. 
À la sortie du four, glissez les coques sur le plan de travail.


Préparation de la ganache.

Coupez le beurre en morceaux.

Si vous n'utilisez pas de purée, tamisez le jus des fruits de la passion préalablement coupés en 2 et vidés à l’aide d’une petite cuillère, pour obtenir 125 g de jus. Pesez le jus ou la purée et portez-le ou la à ébullition.
Faites fondre à demi les galets de chocolat dans une casserole au bain-marie. Versez en 3 fois le jus chaud sur le chocolat. Dès que la température du mélange est à 60 °C, incorporez peu à peu les morceaux de beurre. Mélangez jusqu’à ce que la ganache soit lisse.

Versez dans un plat. Filmez au contact de la ganache. Gardez-la au réfrigérateur jusqu’à ce qu’elle soit crémeuse.


Montage 

Versez la ganache dans une poche à douille munie d'une douille lisse. Garnissez de ganache la moitié des coques. Recouvrez-les avec les autres coques.

Conservez les macarons 24 h au réfrigérateur pour une osmose parfaite entre les coques et la ganache.

Sortez-les du réfrigérateur 2 h avant de les déguster.

dimanche 3 août 2014

Grani'thé citron vert et menthe

"Si tu as froid, le thé te réchauffera. Si tu as chaud, ça te détendra. Si tu es excité, ça te calmera."
 William Gladstone


Voilà une jolie citation d'un premier ministre britannique de l`ère victorienne. Je l'ai trouvée sur les premières pages du petit livre de recette accompagnant la box Envouthé, mon nouveau partenaire gourmand. Si ces quelques mots reflètent les vertus du thé, cet univers-là n'est pas vraiment ... ma tasse de thé. Je ne suis pas une grande connaisseuse. Cependant il n'est pas rare que j'accepte d'ouvrir mes papilles à ce breuvage venu de loin. Quand Amandine m'a proposé de tester cette box sur le thème estivale des plaisirs glacés, je me suis laissée tentée ! Parce que le thé n'est plus seulement une boisson chaude servie à l'heure du goûter. Il se décline dans nos biscuits ou nos pâtisseries, et même dans les glaces et sorbets. On  trouve donc dans cette dernière sélection du mois de juillet de bonnes idées rafraîchissantes. Parmi ces dernières, j'ai choisi de vous présenter un granité bien frappé, parfait pour affronter les chaleurs de ce mois d'août, même si j'aurais préféré vous cuisiner une glace mais ma sorbetière est déjà empaquetée ! Mon déménagement se profile tout doucement !

Mais l'originalité du  thé vert  utilisé ici m'a aussi beaucoup séduite. Créé par Fauchon, il est parfumé au sorbet citron et à la menthe verte. Il se compose de thé vert, de noix de coco, d'écorces de citron vert et jaune, de menthe verte, de pétales de bleuet et de souci. Il vous donnera un granité aux parfums exotiques.

Si vous êtes amateurs de thé de vous conseille de découvrir le site Envouthé pour toutes informations complémentaires.

Ingrédients (pour 4 à 5 personnes)

600 mL de thé sorbet citron menthe infusé(fauchon)(*)
100 g de sucre
2 citrons verts
15 feuilles de menthe

Faites infuser le thé dans 600 mL d'eau bien chaude (idéalement entre 70 et 75°C) pendant 4 minutes.

Ajoutez ensuite le sucre et remuez pour le dissoudre.

Prélevez les zestes des deux citrons verts et pressez-en le jus. Mélangez les zestes et le jus au thé. Laissez tiédir et versez le tout dans une boîte en plastique pouvant supporter le froid. Glissez cette préparation dans le surgélateur pendant 8 heures. Grattez de temps en temps avec une fourchette pour obbtenir de jolies paillettes.

Au moment de servir, ciselez la menthe et ajoutez-la au granité. Mélangez rapidement et répartissez le granité dans des verres. Agrémentez d'une rondelle de citron vert ou de feuilles de menthe (ou les deux). Servez aussitôt avec une paille et une petite cuillère.

(*) Produit offert par Envouthé - Box de Juillet

jeudi 31 juillet 2014

Confiture aux prunes jaunes sauvages

Il faut savoir profiter de ce que la nature nous donne...

Il suffit d'une petite ballade au grand air, dans notre bonne campagne belge, pour revenir avec des corbeilles remplies de beaux fruits. Les abords des chemins sont remplis de pruniers. Il suffit de tendre de la main pour les cueillir !

Pour écouler une telle quantité de fruits, quoi de mieux qu'une confiture ! Les petites prunes jaunes sauvages vous donneront une confiture pas trop sucrée, légèrement acidulée et à la jolie couleur dorée ! Il me tarde de l'étaler sur ma tartine grillée ou de la mélanger avec un yaourt nature !


Ingrédients (pour 4 pots de confiture)

1 kg de prunes jaunes sauvages (poids net)
850 g de sucre
1 citron
1/4 de sachet de pec (facultatif)

Lavez les fruits à l'eau claire. Coupez les prunes en deux, dénoyautez-les. Déposez les demis prunes dans un grand bol ou un grand saladier. Vous devez obtenir 1 kg en poids net. Ajoutez le sucre. Couvrez le bol et laissez macérer 12 heures au frigo.

Après ce temps, versez le tout dans une casserole ou une bassine à confiture. Ajoutez le jus de citron. Mélangez. Portez doucement à ébullition et poursuivez la cuisson sur feu doux pendant 40 minutes. Faites le test de la petite assiette froide pour vérifier que la préparation gélifie sinon continuez la cuisson encore quelques minutes. Si la confiture reste trop liquide à votre goût, vous pouvez ajoutez un peu de "pec".

Répartissez la confiture encore chaude dans des pots stérilisés au préalable. Fermez le couvercle et laissez refroidir en retournant le pot. Lorsque la confiture a refroidi, remettez le pot à l'endroit et étiquetez.
Conservez quelques semaines dans un endroit sombre ou dégustez sans attendre sur un bon morceaux de pain

dimanche 27 juillet 2014

Aubergines Farcies

Il fait beau, il fait chaud....Forcément, cela donne envie de mettre du soleil dans nos plats, à défaut de faire barbecue tous les soirs. Cuisiner les courgettes, les poivrons ou les aubergines avec des tomates et sentir les effluves des herbes comme le thym ou le romarin dans sa casserole, cela téleporte la cuisine en Provence, en Toscane, ou encore en Andalousie. La magie opère facilement avec ce beau soleil... 

En parlant de tomates, je ne résiste pas à celles d'un petit marchand italien sur le marché que j'ai l'habitude de fréquenter. Surtout ses tomates cerises... dès que je passe à proximité, je craque. Elles sentent tellement bon... Du coup, en cette période, je me trouve toujours avec des tomates cerises dans mon frigo. Et puis l'autre jour, en regardant un collègue manger une courgette farcie, j'ai eu envie de refaire la même chose. Enfin presque... parce que moi, je suis fan de l'aubergine. Alors après un tour au marché, je me suis laissée emporter par mes envies et mon imagination. Je n'ai pas réinventé cette recette, mais elle m'a beaucoup goûtée, surtout la petite compotée aubergine/tomates cerises, que je réutiliserai volontier dans une prochaine recette de lasagne. Mais en attendant mes futures cogitations, voici déjà cette recette !


Ingrédients (pour 4 personnes)

2 aubergines (par trop grandes)
45 à 50 tomates cerises
1 oignon
300 g de haché porc et veau
huile d'olive
sel, poivre
herbes de Provence
1 càs de sucre
80 g de fromage râpé

Préchauffez le four sur 180°C

Lavez les tomates, séchez-les et coupez les en deux. Déposez chaque moitié, côté bombé vers le haut sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé. Déposez un filet d'huile d'olive sur les tomates. Salez et sucrez les tomates. Enfournez la plaque sur la position la plus basse de votre four pour 25 minutes. Réservez.

Coupez les aubergines en deux dans le sens de la longueur. Huilez légèrement la surface coupée de l'aubergine. Placez les 4 demis aubergines dans un plat et enfounez environ 25 minutes. Contrôlez la cuisson de l'aubergine : la chair doit être tendre lorsque vous pressez la lame d'un couteau contre elle.

Laissez refroidir un peu les aubergines et ensuite prélevez la chair à l'aide d'un couteau et d'une cuillère. Réservez les coques dans le plat.

Pelez et hachez l'oignon. Emincez la chair d'aubergine également. Placez un wok sur feu moyen à vif. Faites chauffer un filet d'huile d'olive. Faites blondir l'oignon haché quelques minutes. Ajoutez la chair d'aubergine et les tomates cerises. Mélangez bien le tout en pressant un peu sur les tomates. Ajoutez les herbes de Provence. Réduisez un peu le feu et faites compoter pendant 20 à 25 minutes.

Réservez la compotée de tomates/aubergines dans un bol. Placez le haché dans le même wok (il vous reste sans doute un peu d'huile qui a servi à cuire les légumes dans le fond). Faites cuire la viande. Salez et poivrez.

Répartissez  la  moitié du fromage râpé dans le fond de chaque coque d'aubergine. Répartissez la viande, ensuite la compotée et pour finir le reste du fromage râpé.

Enfournez à nouveau pour 5 minutes. Enclenchez ensuite le grill quelques intants pour gratiner le formage. 

Servez aussitôt avec du riz ou des pâtes agrémenté d'un coulis de tomates.

samedi 12 juillet 2014

Brioche d'été


Je vais sans doute vous demander quelque chose de très difficile... surtout pour vous, mes lecteurs belges. Je vais vous demander d'imaginer une belle matinée d'été. Oui, un beau dimanche ensoleillé, parfait pour dresser la table sur la terrasse; parfait pour profiter d'un brunch avec les amis ou la famille. Difficile de visualiser ??? Je vous l'accorde, les derniers jours de déluge ont balayé les images idylliques de l'été. De la pluie à ne plus savoir qu'en faire ! Du gris et encore du gris  alors qu'on voudrait tant voir le beau bleu du ciel. Mais ne perdons pas espoir, les amis ! Après tout, chaque année c'est la même chose : la météo est épouvantable les premiers jours de juillet et puis ça s'arrange... Que voulez-vous... C'est la Belgique ! 
Pour la petite anecdote, mercredi dernier, je suis rentrée de mon labo jusque chez moi à pied , sous une pluie inintérrompue. Après cette petite ballade sans parapluie, j'ai compris ce que voulait dire "trempée jusqu'aux os". Vous m'auriez vu ! J'avais fière allure : pas un seul de mes vêtements était épargné, mes cheveux dégoulinaient et je ne vous parle pas de mon maquillage.  Je n'ai pris qu'une seule direction, celle d'une longue douche bien chaude. Même après ça, j'étais encore gelée. Je n'avais qu'une envie : celle d'une soupe !
En attendant justement la recette d'une bonne soupe à l'oignon (peut-être en automne prochain...), c'est tout de même l'été ! Alors revenons à notre petit brunch ! Soyons positifs ! Pour peu que le soleil nous gâte de sa chaleur, je propose de mettre sur la table de votre petit déjeuner une sympathique brioche, inspirée du blog d'Edda (un déjeuner de soleil), moelleuse et garnie de bons fruits : des pêches, des groseilles, et des myrtilles. Accompagnez-la de chocolat chaud, de thé ou de café, et n'oubliez-pas le jus d'orange pressé ! Grisaille et pluie ne seront que lointains souvenirs !

Ingrédients
330 g de farine
120 mL d'eau tiède
30 g de sucre
30 g de miel
1 oeuf
60 g de beurre mou
3 g de levure sèche de boulanger
4 g de fleur de sel
1 pincée de cannelle
1 càs de poudre d'amandes
1 poignée de sucres perlés
30 g d'amandes blanches
3 pêches jaunes
3 grappes de groseilles
quelques myrtilles
1 jaune d'oeuf pour la dorure


Délayez 25 g de farine et la levure dans 50 mL d'eau tiède. Réservez 20 minutes dans un endroit tiède. (Dans un four très légérement préchauffé à l'avance et ensuite éteint)

Dans le bol de votre robot, déposez 225 g de farine, le sucre, le sel, la cannelle, et le miel. Mélangez le tout avec une cuillère. Formez au centre un trou pour y verser le mélange farine/levure/eau. Commencez à pétrir avec le robot muni du crochet. Versez peu à peu les 70 mL d'eau restante. Ajoutez l'oeuf et continuez de mélanger. Lorsque la pâte est homogène, incorporez le beurre mou coupé en petits morceaux. Mélangez pour obtenir une pâte molle et collante. Il ne vous restera plus qu'à ajouter petit à petit la farine restante pour obtenir un pâte qui se détache des parois du bol du robot. Elle doit être lisse, souple et un peu collante.

Arrêtez le pétrissage, formez une boule de pâte dans le bol. Recouvrez d'un linge et laissez reposer pendant une heure dans un endroit dépourvu de courant d'air. La boule doit doubler de volume.

Versez la pâte sur un plan de travail fariné et écrasez-la avec le plat de la main pour dégazer. Former un rectangle de 3 cm d'épaisseur. Saupoudrez de sucre perlé. Enfoncez bien les petits perles sucrées dans la pâte. Couvrez avec un linge humide et laissez reposer 30 minutes.

Pendant ce temps, hachez grossièrement les amandes.
Lavez les fruits. Coupez les pêches en tranches et égrainer deux grappes de groseilles. Réservez la troisième pour la déco.

Après cette deuxième pousse, retravaillez la pâte et sur un plaque allant au four recouverte de papier-cuisson, étalez-la à nouveau sur 3 cm d'épaisseur (je l'ai fait à la main) en formant un disque de 24 cm. Entourez la pâte avec un cercle à pâtisserie de 24 cm de diamètre légèrement beurré.

Préchauffez le four à 180°C.

Sur les 3/4 de la surface, formez un creux en laissant en rebord de 2 cm. Saupoudrez de poudre d'amandes et ajoutez la moitié des amandes hachée.

Disposez les tranches de pêches en rosace par dessus la poudre d'amandes. Parsemez les groseilles et la moitié des myrtilles sur les pêches. Saupoudrez les amandes hachées restantes. Laissez reposer encore 10 minutes.

Badigeonnez le rebord avec du jaune d'oeuf à l'aide d'un pinceau. Enfournez pour 20 minutes.

A la sortie du four, les fruits doivent avoir légèrement compotés. Laissez tiédir.

Décorer avec le reste de myrtilles et de groseilles. Servez tiède au petit déjeuner !

samedi 28 juin 2014

Fraises & Feta pour l'apéro (Audrey lenoir)

Nos diables sont en huitième de finale ! Quelle histoire, les amis ! Ici, les garçons suivent les matchs de nos petits belges, même si mon mari est un peu déçu par le retour au pays des Espagnols. Au labo, jeudi dernier, on avait tous appliqué un "dress code'' noir/jaune/rouge et peinturluré le drapeau tricolore de la Belgique sur les joues. Pourtant, je ne suis absolument pas "foot" mais je dois dire que j'adore l'engouement que la coupe du monde provoque chez tout le monde.  On s'amuse, on se transforme en supporters, on vit au rythme des "oooooohhhhh!" et des "aaaaaahhhhh!", des klaxons, et des éclats de joies pendant 90 minutes... On se rassemble, on se retrouve entre potes... bref c'est la fête. Les matchs, c'est sans doute pour vous, l'occasion d'inviter des amis, de prendre l'apéro, de faire des barbecues et on a eu de la chance ces derniers jours avec la météo. Car entre temps, l'été est arrivé ! A propos d'apéro, je vous amène un peu de fraîcheur  avec une petite verrine apéritive proposée par Audrey Lenoir (Masterchef) dans une pub à la radio. L'association peut surprendre, je vous l'accorde, mais ces deux ingrédients se marie très bien.Et encore une fois, c'est simple et rapide !



Ingrédients (pour 6 verrines)

500 g de fraises 
150 g de feta
le jus d'1 citron vert
10 feuilles de basilic (+ 6 pour la déco)
poivre noir du moulin

Lavez et équeutez les fraises. Coupez ces dernières en deux ou en quatre selon leur taille. Déposez-les dans un saladier avec le jus du citron vert.  Ciselez le basilic par dessus et donnez deux tours de moulin de poivre noir. Mélangez délicatement ces ingrédients ensemble. Réservez au frigo si vous ne servez pas immédiatemment.

Au moment de servir, répartissez les fraises dans 6 verrines. Emiettez la feta et répartissez également sur les fraises. Décorez avec une feuille de basilic. Servez aussitôt !

dimanche 15 juin 2014

Cheesecakes salés sans cuisson & tomates marinées


Je suis une grande gourmande ! Je pense que je ne l'ai jamais caché. J'aime les petits plats en sauces et oui! je l'avoue sans complexe. Surtout en hiver, je suis une adepte des plat mijotés, des gratins, et je ne refuse pas un bon steak sauce champignons/crème (avec un soupçon de porto dans la sauce). La crème fraîche fait forcément partie de notre quotidien : une lichette dans la soupe pour un peu plus de douceur , un berlingot pour lier le jus de cuisson, ou un peu de chantilly sur les fraises,... de l'entrée au dessert, la crème est le petit "plus" à la recette. Mais pourquoi faut-il qu'elle fasse grossir ? Bon sang ! Ce n'est quand même pas juste ! La solution ? Utiliser de la crème légère ? Oui... sauf qu'elle n'a pas toujours l'onctuosité attendue. Et bien, sur cette dernière affirmation, je peux maintenant dire que j'ai tort. Nathalie et Maria m'ont fait découvrir la nouvelle Crème Balade Vital.. une crème à 12% de m.g. et contenant 80% de graisses saturées en moins qu'une crème entière mais elle a le mérite d'être très onctueuse ! En clair, on va pouvoir se faire plaisir, la gêne en moins !

Pour tester ce nouveau produit, j'ai choisi de bidouiller une petite recette qui me faisait de l'oeil dans le dernier magazine d'un célèbre supermarché. L'été se rapprochant, je préférais vous proposer quelque chose de frais et coloré. Cela nous changera également des cheesecakes sucrés...


Ingrédients (pour 4 cheesecakes individuels)

180 g de biscuits "digestive Mcvities"
90 g de cerneaux de noix
90 g de beurre
360 g de fromage frais type Philadelphia
160 mL de crème fraîche légère Vital Balade(*)
2 g d'agar agar
1 càs d'épices à patatas bravas à rehydrater(*)
250 g de tomates cerises
5 càs d'huile d'olive
2 càs de vinaigre balsamique
sel, poivre du moulin


Mixez les biscuits et les cerneaux de noix dans un blender pour obtenir une fine chapelure.
Faites fondre le beurre et ajoutez-le à la chapelure que vous venez de préparer. Mélangez bien le tout.




Sur une plaque recouverte de papier cuisson, déposez 4 cercle à pâtisserie de 9 cm de large et 3,5 cm de haut. Répartissez la préparation dans les 4 cercles et tassez bien pour former la base du cheesecake. Réservez au frigo.

Pendant ce temps, versez le fromage frais dans le saladier.

Dans un petit bol, déposez les épices à patatas bravas et réhydratez-les avec 2 cuillères à soupe d'eau chaude pendant 5 minutes. Ajoutez ensuite 1cuillère à soupe d'huile d'olive et mélangez bien. Réservez.

Dans un poêlon, faites chauffez la crème fraîche. Ajoutez l'agar agar et poursuivez la cuisson pendant 2 minutes en mélangeant vigoureusement. Versez la crème sur le fromage frais, ajoutez les épices à patatas bravas, poivrez et mélanger le tout. Répartissez cette préparation au fromage dans les 4 cercles à pâtisserie et replacez au frigo pour 3 heures au minimum.

Préchauffez le four sur 180°C
Enduisez un plat allant au four avec une cuillère à soupe d'huile d'olive. Déposez les tomates cerises lavées au préalable. Enfournez pour 10 minutes.
A la sortie du four, ajoutez encore 3 cuillères à soupe d'huile d'olive et 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique. Salez et poivrez. Laissez mariner pendant une heure en  mélangeant délicatement les tomates avec cette vinaigrette de temps en temps.

Au moment de servir, décerclez les cheesecakes en passant une fine lame le long du cercle. Décorez avec des tomates marinées et servez aussitôt.


(*) Crème Balade Vital - produit offert par Interel
(*) Patatas bravas - Oil &Vinegar  

lundi 9 juin 2014

Tartare de saumon à la mangue


Le beau temps est de retour ! Pour ce week-end de Pentecôte, on peut carrément parler de météo estivale. Alors c'est vrai, avec ce soleil, je n'ai pas beaucoup cuisiner. Non pas que j'ai profité du jardin, du barbecue etc... puisque je n'en ai pas encore... mais justement depuis deux semaines, nous sommes à la recherche d'une maison et nous sillonnons, mon mari et moi, la campagne à l'affût de la perle rare. Et oui, ça y est ! Mon appartement est vendu et il est grand temps de trouver un nouveau logement pour notre petite tribu. C'est tout de suite beaucoup plus agréable de visiter les maisons par ce temps. C'est aussi un peu fatiguant : 6 maisons en une semaine sans compter les allers-retours, le travail, les enfants... J'ai quand même fait une pause ce dimanche et avec la fête des Pères, c'était doublement mérité ! Je reviens donc vers vous avec une recette pour une petite entrée bien rafraîchissante et légère de surcroît. C'est un petit tartare de saumon (une fois n'est pas coutume) associé à la mangue que je ne peux que vous conseillez pour un prochain repas sous le soleil. Une recette rapide et facile par conséquent ! A servir bien frais évidemment !



Ingrédients (pour 6 à 8 personnes)

400 g de filet de saumon sans peau
1 mangue pas trop mûre
1 avocat
1 oignon rouge
6 brins de coriandre
1 citron vert bio
4 càs d'huile d'olive
sel du moulin, poivre noir du moulin


Pelez et hachez finement l'oignon rouge. Coupez le saumon en petit cube. Pelez la mangue et l'avocat, et détaillez-en la chair en petit cube également. 




Réunissez ces trois ingrédients dans un grand bol. Ciselez les feuilles de coriandre par dessus. Zestez finement le citron vert. Ajoutez les zestes aux ingrédients précédents et pressez le citron pour en récolter le jus. 

Versez 4 cuillères à soupe d'huile d'olive et 2 à 3 cuillères à soupe de jus de citron vert. Salez et poivrez. Mélangez délicatement.

Couvrez (ou filmez) le bol et réservez au frais pendant une demi heure.

Servez dans des verrines ou des coupules. Servez surtout bien frais !