vendredi 30 décembre 2011

Tartelettes de crevettes croustillantes & épicées

J'ai découvert cette petite tartelette grâce à Christine. J'aime beaucoup cette bouchée qui mélange la douceur de la mangue et la force du piment rouge. Cette force, j'ai eu l'occasion d'autant plus l'apprécier pendant la préparation de mon réveillon : comme je suis une grande gourmande, j'ai mangé un bout de mangue et je m'en suis léchée les doigts en oubliant que je venais tout juste de couper un piment. J'ai eu la bouche en feu !!! C'est tout moi ; ce que je peux être distraite par moment ! 





Ingrédients (pour 20 tartelettes)

1 mangue
1 oignon rouge
11/2 piment fort rouge
250 g de crevettes roses tigrées
ciboulettes
pâte fillo
huile d'olive







Dans un premier temps, il faut préparer les petites corolles en pâte fillo.
Préchauffer le four sur 200°C.
Découpez des carrés de 7 centimètres dans les feuilles de pâte fillo. Dans un moule en silicone à petits muffins, placez un premier carré dans une des alvéoles du moule et badigeonnez la pâte fillo d'huile d'olive à l'aide d'un pinceau. Placez un autre carré par dessus le premier mais en le décalant d'un centimètre. Badigeonnez d'huile et procédez ainsi de suite de telle manière à former une petite coupelle en pâte fillo. J'utilise environ 7 à 8 carrés de pâtes par corolle. Préparez de cette manière un vingtaine de petites corolles.
Enfournez 5 minutes en surveillant la cuisson. Lorsque la pâte est bien dorée, sortez le moule du four. Laissez refroidir quelques instants et démoulez les corolles. Réservez.

Hachez très finement l'oignon rouge, la ciboulette, et le piment. Pelez la mangue et détaillez-la en petits cubes de 5 mm. Coupez les crevettes en petits morceaux. Placez tous ces ingrédients dans un bol et mélangez. Réservez au frais si vous ne servez pas tout de suite.

Au moment de servir, remplissez chaque petite corolle de cette préparation aux crevettes. Ajoutez un petit brin de ciboulette pour garnir. Dégustez aussitôt.

mercredi 28 décembre 2011

Crème brûlée au foie gras

J'adore cette petite bouchée apéritive. En fait j'adore le foie gras tout court. Difficile donc, de ne pas l'inviter dans nos menus de réveillon. Si je ne le fait pas en entrée, alors j'arrive à le caser à l'apéro ! Cette petite crème se prépare bien à l'avance et finalement c'est ultra simple ! Il ne reste plus qu'à la brûler au dernier moment et à poêler le pain d'épices. Les odeurs dans la cuisine sont exceptionnelles à ce moment-là et forcément, ça ouvre l'appétit.




Ingrédients (pour 8 ramequins)

100 g de foie gras de canard mi-cuit
100 mL de crème liquide 35% m.g.
100 mL de lait
2 jaunes d'oeuf
Sel, poivre
cassonade blonde, ou sucre roux de canne, ou vergeoise
2 tranches de pain d'épices
beurre






Préchauffez le four sur 115°C
Dans le bol d'un blender, déposez le foie gras, le lait et la crème liquide. Mixez le tout jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène. Ajoutez les jaunes d'oeufs et mixez à nouveau mais très peu. Assaisonnez selon votre goût et mixez très brièvement.

Versez la préparation dans des petits ramequins. Pour ma part, j'ai su remplir 8 ramequins (tout dépend de la taille). Enfournez pendant une heure.
Après la cuisson, laissez les crème refroidir à température ambiante et ensuite placez-les au frigo jusqu'au moment de servir.

Juste avant le service, faites fondre du beurre dans une poêlesur feu moyen et faites griller deux tranches de pain d'épices sur chaque face. Attention ici, ne soyez pas trop parcimonieux avec le beurre, le pain d'épices a tendance à pas mal absorber. Et surtout ne vous éloignez pas et surveillez la cuisson au risque de brûler le pain d'épices. La cuisson prend très peu de temps. Ensuite,  coupez les tranches en bâtonnets.

Déposez une petite cuillerée de cassonade sur chaque crème. Etalez délicatement avec le dos de la cuillère. Caramélisez à l'aide d'un chalumeau. Servez sans attendre accompagné de petits bâtonnets de pain d'épices. 

mardi 27 décembre 2011

Cookies au nutella

Mon petit loulou passe de plus en plus de temps avec moi dans la cuisine et il me demande de plus en plus de faire des biscuits ou des cakes avec lui. Souvent le vendredi après l'école, nous avons un petit moment à deux pour mettre la main à la pâte. J'essaie de toujours avoir de la farine, du sucre, du beurre, et des oeufs en suffisance. Mais certaines fois, on doit faire avec ce qu'il reste dans les placards. Un de ces fameux vendredis, je n'avais plus qu'un seul oeuf. Un mini quatre-quart aurait bien du mal à contenter la bande de gourmands que nous sommes ! J'imagine bien la tête de mon mari devant un cake minuscule à partager en trois !!! Et pourquoi pas des cookies... Et pourquoi pas ajouter du nutella à la préparation...





Ingrédients :

100 gr de beurre
110 gr de sucre roux
100 gr de nutella
1 oeufs
150 gr de farine fermentante (Impériale)
1 c à c de levure chimique
100 gr de pépites de chocolat







Préchauffez le four à 180°C

Mélangez le beurre et le sucre roux jusqu'à obtention d'une pâte crémeuse. Ajoutez l'oeuf et mélangez à nouveau. Incorporez au mélange, le nutella, la farine, la levure, et les pépites de chocolat. Mélangez jusqu'à obtention d'une pâte souple.

Couvrez la plaque du four de papier sulfurisé. Déposez l'équivalent d'une petite cuillère à soupe de pâte en veillant à bien les espacer. Laissez cuire 7 à 8 minutes.

Laissez refroidir les cookies sur une grille avant de servir.

dimanche 25 décembre 2011

Christmas cupcake : the nutcracker

Une petite recette que je dépose au pied du sapin...

Je vous souhaite à tous un merveilleux Noël !!!

Ingrédients (pour 12 cupcakes)


125 g de farine la plus fluide possible
100 g de sucre fin
125 g de beurre fondu
1 à 2 càs de lait entier
4 oeufs
1 sachet de baking powder
200 mL de chantipack 
2 càs de pâte de noisette
70 g de nutella
30 g de pralin (vahiné)


Mélangez dans un bol le nutella et le pralin. Réservez au réfrigérateur.

Préchauffez le four sur 180°C (chaleur tournante si possible)
Séparez les jaunes d'oeufs des blancs. Réservez les blancs et versez les jaunes dans un grand bol. Ajoutez le sucre et mélangez vigoureusement pour obtenir un mélange mousseux. Versez ensuite le beurre fondu. Fouettez à nouveau. Ajoutez le lait.
Mélangez la farine et la baking powder.  Tamisez l'ensemble et incorporez-le à la préparation aux oeufs.
Montez les blancs en neige et ajoutez-les dans le bol. Continuez à fouetter quelques temps. Si possible, aidez-vous d'un batteur électrique.
Posez des caissettes en papier dans des moules à muffins. Déposez une première cuillerée de pâte. Ajoutez une cuillère à café du mélange nutella/pralin au centre de la pâte. Ajoutez à nouveau une cuillerée de pâte à cupcake par dessus pour emprisonner le nutella/pralin.
Enfournez pour 20 minutes. Sureveillez la fin de la cuisson en piquant un cure-dent dans un des muffins ; il doit ressortir sec. Sortez les muffins des moules et laissez-les refroidir sur une grille.

Montez le chantipack à l'aide d'un batteur électrique. Lorsque la chantilly commence à être ferme, ajoutez la pâte de noisette et continuez de fouetter quelques instants. Remplissez une poche à douille munie d'une douille cannelée de cette préparation et décorez les cupcakes de cette chantilly pralinée. Saupoudrez de pralin ou de petites billes en sucre.


vendredi 23 décembre 2011

Tiramisu à la mangue & chantilly à la noix de coco

Si je reste une véritable "chocolat lover", je préfère terminer un copieux repas par un dessert aux fruits. Mais pour que tous mes convives trouvent leur bonheur, j'aime préparer deux ou trois petits desserts. Pour ce réveillon de Noël, ma première petite gourmandise sucrée sera un tiramisu à la mangue.


Ingrédients (pour 6 personnes)

1 belle mangue
3 feuilles de pâte fillo (45 x 35 cm)
250 g de mascarpone
80 g de sucre
10 g de sucre vanillé
3 oeufs
Une pincée de sel
200 mL de crème fraîche 35% m.g.
Noix de coco râpée
Sucre glace
huile d'olive
1 pincée de sel
(Coulis de fruits de la passion ou fruits exotiques pour la déco)

Préchauffez le four sur 210°C
Découpez chaque carré de pâte fillo en 8 rectangles égaux. Huilez légèrement le fond et les parois intérieures d'un ramequin (8 cm de diamètre et 4 cm de haut pour moi). Déposez un premier rectangle de pâte fillo et huilez la pâte à l'aide d'un pinceau. Ajoutez un autre rectangle de pâte en le décalant par rapport à l'autre et huilez également. Procédez de même pour recouvrir tout l'intérieur du ramequin. Personnellement j'utilise 4 rectangles par ramequin.
Enfournez pour 5 minutes en surveillant la cuisson. Lorsque la pâte est bien dorée, sortez-la immédiatement du four. Laissez refroidir et démoulez. Le démoulage ne pose aucun problème mais restez délicat en manipulant les "corolles" en pâte fillo. Réservez.


Cassez les oeufs et séparez les blancs des jaunes. Versez les jaunes dans un grand bol et réservez les blancs dans un autre récipient.
Ajoutez le sucre et le sucre vanillé aux jaunes d'oeufs et fouettez le tout. Ajoutez-y le mascarpone et mélangez.
Dans une autre récipient, ajoutez un petite pincée de sel et montez les blancs en neige. Incorporez les blancs délicatement au mascarpone.

Coupez la mangue en cubes.

Montez la crème fraîche bien froide en chantilly à l'aide d'un batteur électrique. Lorsqu'elle commence à monter, saupoudrer d'un peu de sucre glace et de noix de coco râpée. Continuez de battre jusqu'à l'obtention d'une consistance bien ferme.


Dans chaque corolle de pâte fillo, déposez dans le fond quelques cubes de mangue. Ajoutez par dessus une belle cuillerée de préparation au mascarpone. Ajoutez à nouveau des cubes de mangue. 
Remplissez une poche à douille munie d'une douille cannelée avec la chantilly à la noix de coco et dressez un joli dôme de chantilly sur le tout. Saupoudrez d'un peu de noix de coco râpée et décorer l'assiette et/ou la chantilly d'un peu de coulis de fruits exotiques.

jeudi 22 décembre 2011

Hiver 2011 - 2012

L'hiver est à nos portes.  Moi qui suis une grande casanière, je le suis d'autant plus quand il fait froid. J'aime flemmarder chez moi tout en dégustant un bon chocolat chaud et en admirant à travers la fenêtre les arbres qui plient sous le vent. Il me plaît d'être dans mon petit intérieur alors qu'il gèle dehors. Je me demande ce que nous réserve cet hiver. Il y a tout juste un an, nous étions littéralement sous la neige et la Belgique s'était entièrement couverte d'un épais manteau blanc. Mais neige ou pas neige, ces prochains jours, pas le temps de rester bien au chaud sous la couette ! Il y a un réveillon qui m'attend. Comme chaque 24 décembre la cuisine devient mon fief et après le stress des derniers achats dans les grands magasins, j'aime retrouver mes casseroles et les fourneaux. Voici donc le menu de ce réveillon de Noël 2011. Certaines recettes sont déjà sur le blog comme le magret de canard à la framboise devenu une tradition chez nous (surtout pour faire plaisir à mon papa). Quant aux autres, je me ferai un plaisir de vous les faire découvrir  ces prochaines semaines.

Menu du réveillon de Noël 2011

Tartelettes aux crevettes épicées
Crème brûlée au foie gras
***
***
***
Granité litchis & champage
***
Poêlée de girolles & châtaignes
Pommes noisettes
***
Sapin Semifreddo aux amandes
Tiraminu à la mangue & chantilly à la noix de coco


Après les fêtes, je dois absolument tenir mes promesses faites au début de cet automne : je vous dois toujours mon cinquième carnet de voyage en Irlande et quelques recettes inspirées par ce si beau pays. Ce sera ma première bonne résolution pour 2012.
Il y aura aussi une recette de crêpe pour la chandeleur, et pour le reste, nous verrons bien comment l'hiver inspire ma cuisine.
Mais avant tout cela, profitons de la magie de Noël, de nos sapins enchantés, et de ces moments passés en famille. Je vous souhaites à tous d'excellentes fêtes de fin d'année ! 

mardi 20 décembre 2011

Une table givrée pour Noël

Noël représente un moment exceptionnel dans l'année. Quand j'était petite fille, la famille se donnait rendez-vous chez mes parents autour d'un bon repas. Je me souviens du petit sapin et de ses décorations multicolores si fragiles, la toute petite crèche dont le toit était complètement pailleté. Quelques boules pendaient à la fenêtre et ma maman possédait un magnifique photophore aux couleurs bleu ciel.  Il n'y avait pas beaucoup de décoration... mais elles étaient tellement belles, tellement uniques . Nous en profitions deux à trois semaines par an et cette période était aussi magique qu'éphémère et c'est ce qui en faisait tout son charme.

Au fil des ans, la fête de famille s'est un peu effacée et nous partions avec mes parents réveillonner chez leurs amis. Et puis nous avons fini par retrouver Noël à la maison : à quatre d'abord, ensuite mon mari s'est ajouté, et puis mon fils, le compagnon de ma soeur, et aujourd'hui leur petite fille.
A la naissance de Simon, j'ai eu envie de recréer la magie de mon enfance, et d'offrir à mon petit loulou ses propres souvenirs de Noël enchanté. Depuis son tout premier Noël, j'ai toujours eu le plaisir de rassembler autour de moi les gens que j'aime pour cette soirée chère à mon coeur. Après ma maman, c'est à mon tour aujourd'hui de recevoir toute ma famille et ma soeur revient de Paris pour l'occasion. Alors qui dit "invités exceptionnels", dit bon repas... Et qui dit bon repas,  dit  "une belle table"...


Cette décoration de table, je la prépare toujours au mois de novembre. Mon magasin de déco préféré (Van Uytsel) propose déjà tous les articles de Noël dès le 15 octobre ! Je ne vais pas rentrer dans la polémique comme quoi les magasins exagèrent et que maintenant tout est devenu commercial. Il faut malheureusement faire avec ! Je m'y rends la première quinzaine du mois de novembre pour avoir un maximum de choix. Tous les rayons sont rangés par couleurs. Il y en a pour tous les goûts : du classique au moderne en passant par le kitch ! Première étape, je fais un tour complet de tous les rayons. Ceux qui m'accompagnent doivent avoir une patience d'ange ! Je regarde, je farfouille et puis j'ai un coup de foudre pour un élément : une bougie, ou un photophore, une boule, ou une guirlande. Autour de cet élément, je construis mes centres de tables en faisant un deuxième tour dans les rayons en essayant de trouver des décorations qui s'accordent.

Quand je suis tombée sur un magnifique photophore de SIA entouré d'un branchage "givré", j'ai complètement craqué. C'est donc à partir de lui que je me suis inspirée. J'en ai mis deux dans mon caddie et j'ai ensuite trouvé deux carrés de branches entre-mêlées qui pouvaient me servir de base. J'ai ajouté des boules de couleurs beige, brune et argentée, des étoiles en écorce, des roses en soie aux pétales également givrées.  Et puis j'ai déniché ces magnifiques coeurs en bois ornés de fleurs en verre. J'en ai tout d'abord pris deux  : un pour chaque centre de table et ensuite j'ai pensé à faire un rappel en plaçant un coeur sur les serviettes de chaque convive. J'ai ensuite complété les centres avec des branchages givrés (deux par centre), des pommes de pin et des gousses de coton argentée. Et enfin pour terminer les centres, j'ai découpé, un peu à contrecoeur, une branche aux multiples petites feuilles et fleurs en verre.
Sur la table, une nappe crème et des chemins de table beige. Les serviettes sont assorties aux chemins de table,  entourée d'un ruban brun satiné avec le fameux coeur givré.
Je possédais depuis quelques années, deux photophores entourés de pomme de pins ornées de petites paillettes de givres. Ils ont été remis à l'honneur une fois placés à chaque extrémité de ma table.

dimanche 18 décembre 2011

Sylf & Steph en vadrouille à Londres

Oxford Street illuminée
Ce mois-ci, pas de coup de fourchette, bien qu'à la fin de ce billet je vous propose une petite gourmandise pour laquelle je me damnerais volontiers. Ce mois-ci, Sylf et moi avons fait une petite virée outre Manche. Quand elle m'a proposé au mois de juin une petite sortie entre filles dans une des plus belles capitales européennes pour un shopping de Noël, je n'ai pas hésité plus de deux secondes, moi qui n'avais jamais mis un pied à Londres. Quand j'étais petite fille, cette ville était à mes yeux celle des princesses aux robes époustouflantes, qui se rendaient à l'église pour se marier dans de somptueux carrosses. Et voilà par un beau vendredi matin d'automne et bien que les contes de fées soient un peu dépassés, je suis moi-même montée dans un carrosse magique puisque l'Eurostar permet de rallier Bruxelles à la gare d'Harry Potter en moins de deux heures. Londres est à portée de main, si je puis dire. J'ai donc découvert une ville au charme désuet avec ses bus rouges à double étage, ses vieux taxis noirs, ou ses belles petites maisons blanches dans Chelsea. Tellement différente de Bruxelles ou Paris, je me suis régalée de cette ville et je n'ai qu'une hâte : y retourner pour en voir plus ! Bien sûr, comme dans toute capitale, tout bouge à un rythme frénétique mais avec une discipline toute britannique. Parmi les nombreux magasins que nous avons visités, je vous propose quatre adresses : trois sont liées aux plaisirs gourmands, la quatrième est entièrement dédiée à nos chères petites têtes blondes. 

Que vous évoque la gastronomie anglaise ??? Outre les fèves à la sauce tomate du petit déjeuner et la fameuse gelée qui "bloblote" au dessert... Et bien moi, je pense immédiatement aux pâtisseries. J'imagine des salons de thés remplis de jolis muffins, de petits biscuits joliment décorés. Et pouvoir les refaire chez soi, c'est encore mieux. Pour les adeptes de gâteaux, de cupcakes, et petites mignardises en tous genres, la boutique de Jane Asher dans Chelsea est une véritable caverne d'Ali Baba : c'est rempli de matériel et de matières premières. Juste de quoi vous faire perdre la tête... jusqu'au moule à gâteau en forme de château fort !!!
Jane Asher est une actrice anglaise, célèbre pour avoir été la fiancée de Paul McCartney dans les années 60. Une de ses passions l'amène à faire une carrière parallèle puisqu'elle a écrit pas moins d'une dizaine de livres sur la pâtisserie surtout axés sur la décoration des gâteaux. C'est donc par sa boutique que nous avons commencé notre journée shopping et croyez moi sur parole, c'était très difficile de ne pas tout dévaliser ! En cette période, il y a beaucoup d'article consacré à Noël (donc une vrai torture pour moi) : moule à biscuits au décor évoquant les fêtes et l'hiver, caissettes à cupcakes et petits décors en sucre pour la Noël, et une multitude d'articles qui m'ont terriblement tentée jusqu'au ruban qu'on attache autour du non moins célèbre Christmas Cake.

Et à quel moment mange-t-on toutes ses sucreries ??? A l'heure du thé bien évidemment ! Arrêt obligé dans un célèbre magasin de thé : le Whittard of Chelsea. Depuis 125 ans, cette enseigne offre une multitude de thés, des cafés, et des poudres de chocolat. Etant un peu moins experte dans les thés, j'ai plutôt craqué sur le café de Noël à la cannelle et sur la poudre de chocolat blanc praliné, parfaite pour la nuit de Noël ! J'ai hâte d'y goûter...
Vous avez donc le choix parmi les 130 variétés de thé, les café en grains ou moulu venant de la terre entière et enfin parmi les chocolats en poudre dont certains sont très originaux (comme le chocolat au chili, le banoffee, ou encore le chocolat blanc à la rhubarbe). Il y a aussi des petits biscuits (mais autant les faire soit même) et de magnifiques services à thé. 

Venue avant tout pour trouver des cadeaux pour mon petit loulou et Julie Mimi (ma filleule), il était nécessaire de rentrer dans LE magasin de jouet : Hamleys. Sept étages dédiés aux enfants, un véritable palais des merveilles pour les petits mais aussi pour les grands. J'ai presque envie de vous conseiller de ne jamais y aller avec vos enfants au risque de ne plus jamais en ressortir. Dès la porte d'entrée, c'est un groupe de clowns qui vous emmène au milieu d'une féerie de bulles. A l'intérieur, une dizaine de démonstration et même un combat d'hélicoptères téléguidés en plein escalator. Mon premier objectif : trouver une miniature du fameux bus londonien double deck. Mais pendant cette balade de folie, j'ai déjà repéré des jouets pour les années futures, surtout pour la fille de ma soeur. Il y a des jouets que je n'ai jamais vu ailleurs, un peu à l'ancienne et j'ai soudainement eu envie de redevenir une petite fille. Depuis 1881, chaque enfant doit vivre un véritable rêve éveillé au milieu de ces étalages remplis de peluches, de poupées, ou de petites voitures.  J'ai pu découvrir un article hallucinant : dans ma main, un exposant m'a déposé un peu de sel ; il a ajouté un peu d'eau et comme par miracle, je me suis retrouvée avec de la neige entre les doigts. Pas étonnant que Hamleys reçoit chaque année cinq millions de visiteurs et qu'il est devenu une véritable attraction touristique.

Je vous ai parlé de pâtisserie au début de ce billet. Hors de question de repartir sans avoir goûter à un délicieux cupcake. Après tout, n'étais-je pas dans le pays qui a inventé le cupcake ! Et pourtant, c'est vers oliver Peyton que je me suis tournée, un restaurateur et homme d'affaire d'origine irlandaise (et oui, je ne me refais pas). Il possède les célèbres cafés et boulangeries Peyton & Byrne. Sylf m'a amené pour mon plus grand bonheur dans une de ces boutiques qui se trouve en plein milieu de la gare Saint Pancras, histoire de s'offrir une petite gourmandise pour le voyage du retour. Nous sommes donc repartie chacune avec une petite boîte contenant un précieux cupcake. Sylf a craqué sur le "Frou-Frou", mariant des framboises et de la noix de coco. Quant à moi, dès que je vois un dessert avec du caramel au beurre salé, je ne sais absolument pas résister. J'ai donc choisi le "Toffee & Banana", un muffin à la banane surmontée d'une crème divine à la banane décorée de caramel au beurre salé. Ces petites merveilles ont été englouties en quelques instant et cela me donne bien des idées pour des futures cupcakes préparés dans ma cuisine... puisqu'il faut bien rentrer chez soi ! J'ai eu beau chercher le quai 93/4, il a bien fallu remonter dans l'Eurostar sur le quai numéro 6, direction Bruxelles.


Jane Asher Party Cakes & Sugarcraft
22-24 Cale street
London

Whittard of Chelsea
38 Oxford Street
London

Hamleys
188 - 196 Regent Street
London

Peyton & Byrne at St Pancras
Unit 11, The Undercroft
St Pancras Internationnal

jeudi 15 décembre 2011

Mille-feuilles au foie gras

Jour J-9 avant le réveillon de Noël et je viens tout juste de boucler mon menu pour ce grand soir. Mais chuuttt !!! C'est un secret !!! A part mon traditionnel magret de canard pour le plat, je garde la surprise sur les entrées et le dessert pour mes invités.
Aujourd'hui, je vous propose une petite entrée classique et toute simple mais qui a su trouver son public l'année dernière. Pour les amateurs de foie gras bien sûr !

Ingrédients (pour 4 personnes)

4 feuilles de brick
4 tranches rondes de foie gras
1 boîte d'environ 425 g de poires au sirop
2 tranches de pain d'épice.
beurre
Graines de pavots pour la décoration

Préchauffez le four sur 210°C
A l'aide d'un emporte-pièce et d'un bon petit couteau, découpez 6 disques dans chaque feuille de brique. Faites fondre le beurre. Recouvrez de papier sulfurisé une plaque allant au four. Badigeonnez les ronds de feuilles de brick et entassez-les 3 par 3. Enfournez et surveillez la cuisson. Une fois les feuilles de briques dorées, sortez-les du four (comptez environ 3 minutes). Réservez.


Egouttez les poires et coupez-les en cubes. Coupez également le pain d'épices en cubes.
Dans une poêle anti-adhésive chauffée sur feu moyen à vif, faites sauter rapidement le pain d'épices et ajoutez les poires. Faites revenir quelques instants sur feu moyen.
Sur chaque assiette, déposez un premier tas de 3 ronds de feuilles de brick. Sur chaque tas, déposez un emporte-pièce délicatement et remplissez avec le mélange poire/pain d'épices. Enlevez l'emporte-pièce. Déposez une rondelle de foie gras (vous pouvez acheter du foie gras pré-tranché mais attention au démoulage) et terminez le dressage par 3 feuilles de briques au dessus du foie gras. Saupoudrez de graines de pavot bleu et servez sans attendre.

dimanche 11 décembre 2011

Poêlée de pommes flambées & sauce aux figues

Envie de faire autre chose qu'une traditionnelle compote de pommes ??? J'ai une petite recette pour vous. Ces pommes flambées accompagnent parfaitement une volaille. L'essentiel dans cette recette est d'utiliser une pomme qui ne va pas se défaire à la cuisson. Moi, j'ai opté pour la "pink lady".


Ingrédients (pour 2 à 3 personnes)

6 pommes "pink lady"
1 noix de beurre
1 trait de cognac
2 càs de confiture de figues
100 mL de crème fraîche (30% m.g.)

Commencez par peler les pommes. Coupez-les en quatre, éliminez le trognon et les pépins. Emincez ensuite chaque quartier en lamelles.
Faites chauffer une poêle sur feu moyen et laissez fondre une noix de beurre. Ajoutez les lamelles de pommes et faites-les revenir une bonne dizaine de minutes. La chair des pommes doit ramollir pendant la cuisson. Mélangez de temps en temps pendant cette période, mais toujours délicatement. Ajoutez alors un trait (généreux) de cognac. Lorsque l'alcool est bien chaud, flambez.
Ajoutez  deux belles cuillères à soupe de confiture de figues. Mélangez aux pommes. Versez ensuite la crème et mélangez pour bien imprégner toutes les pommes. Laissez épaissir la crème quelques minutes. Servez sans attendre.

vendredi 9 décembre 2011

Muffins au foie gras & châtaignes

Le temps des fêtes de fin d'année est arrivé... Décembre est un des mois que je préfère parce qu'il est un peu magique. Les sapins, les guirlandes, les illuminations enchantent l'hiver. Chez moi, on décore le sapin le week-end juste après la Saint Nicolas, le samedi soir de préférence. On allume des bougies dans des beaux photophores et on écoute de la musique de Noël (de Frank Sinatra à Wham en passant par Sleigh Ride et Rudolph the red nose reindeer) tout en ouvrant les boîtes contenant mes précieuses décorations. J'adore et je ne m'en lasse pas d'année en année. Pour cela, je resterai toujours une petite fille. Et devinez qui est la première, la tête sous le sapin, à toucher les cadeaux pour savoir ce qu'elle va recevoir... bibi bien sûr ! Bien que ma soeur ne soit pas triste non plus !!!
Avant de me retrouver avec ma soeur sous le sapin à chipoter aux cadeaux, il faut tout doucement penser au menu du réveillon. Je commence donc avec cette bouchée apéritive. Associer des châtaignes et du foie gras dans un muffin... j'avoue que l'idée ne m'a pas déplue.




Ingrédients (pour 24 mini muffins)

180 g de foie gras mi-cuit en bloc
180 g de châtaignes au naturel
30 g de lait en poudre
180 g de farine fermentante
3 càs d'huile d'olive
1 sachet de levure chimique (baking powder)
3 oeufs
150 mL d'eau
(Sel) Poivre







Hachez les châtaignes.
Coupez le foie gras en cubes et réservez la graisse du foie gras pour les moules à muffins.
Dans un grand bol, versez la farine, la levure, les oeufs, le lait en poudre, et l'huile. Ajoutez 150 mL d'eau et mélangez à l'aide d'un fouet pour obtenir une pâte bien lisse. Ajoutez les châtaignes et le foie gras en cubes et mélangez délicatement. Salez éventuellement. Poivrez.
Graissez les moules à muffins avec la graisse du foie gras. Personnellement j'ai utilisé un moule en silicone pour 12 muffins de 4 cm de diamètre. Déposez de la pâte au 3/4 des moules. Laissez reposer au réfrigérateur pendant 45 minutes
Préchauffez le four sur 180°C.
Enfournez pour 20 minutes en surveillant la fin de la cuisson : les muffins doivent être dorés. Laissez refroidir et démoulez.

lundi 5 décembre 2011

Cupcakes Spéculoos pour la Saint Nicolas !


Oh Grand Saint Nicolas Patron des écoliers
Apportez-moi du sucre dans mes petits souliers.
Je serai toujours sage
Comme un petit mouton
Je ferai mes prières
Pour avoir des bonbons !
Venez, venez Saint Nicolas !
Venez, venez Saint Nicolas !
Venez... Venez Saint Nicolas... et tralala !!!








Ingrédients (pour 15 cupcakes)

125 g de farine la plus fluide possible
100 g de sucre fin
125 g de beurre fondu
1 à 2 càs de lait entier
4 oeufs
1 sachet de baking powder
200 mL de chantipack + arôme "spéculoos" ou 1 càs de pâte de spéculoos
pâte de spéculoos
5 biscuits spéculoos







Préchauffez le four sur 180°C (chaleur tournante si possible)
Séparez les jaunes d'oeufs des blancs. Réservez les blancs et versez les jaunes dans un grand bol. Ajoutez le sucre et mélangez vigoureusement pour obtenir un mélange mousseux. Versez ensuite le beurre fondu. Fouettez à nouveau. Ajoutez le lait.
Mélangez la farine et la baking powder.  Tamisez l'ensemble et incorporez-le à la préparation aux oeufs.
Montez les blancs en neige et ajoutez-les dans le bol. Continuez à fouetter quelques temps. Si possible, aidez-vous d'un batteur électrique.
Posez des caissettes en papier dans des moules à muffins. Versez l'équivalent d'une belle cuillère à soupe de pâte. la caissette doit être remplie au 3/4. Enfournez 20 minutes en surveillant la fin de la cuisson. Sortez les muffins des moules et laissez-les refroidir sur une grille.
Remplissez un poche à douille munie d'une douille en forme de cylindre biseauté de pâte de spéculoos. Enfoncez la douille au coeur du muffin et délivrez un peu de pâte de spéculoos. 
Commencez à monter le chantipack à l'aide d'un batteur électrique. Quand il commence à être ferme , ajoutez l'arôme de spéculoos (ou la cuillère à soupe de pâte de spéculoos si vous n'avez pas d'arôme ; j'avoue que c'est encore meilleur). Remplissez une poche à douille munie d'une douille cannelée de cette chantilly au spéculoos et garnissez chaque muffin.
Réduisez en poudre les biscuits et saupoudrez-en les cupcakes.

Joyeuse Saint Nicolas à tous nos petits Loulous !!!

samedi 3 décembre 2011

Une petite idée déco pour la Saint Nicolas

Chez moi, Saint Nicolas rime toujours avec deux choses (enfin trois, si je compte l'énorme cadeau que je cache à mon fils depuis des jours !) : le spéculoos et les clémentines. Petite, je n'étais pas du tout attirée par ce fruit. Pour me les faire manger, c'était la croix et la bannière. J'avais horreur des petites peaux blanches et je faisais une petite incision à chaque quartier et j'essayais d'aspirer le jus. Je suis quand même nettement moins difficile à 35 ans et maintenant j'aime bien manger des clémentines. Mais avant de les manger et si comme moi, vous recevez pour la Saint Nicolas, je vous propose de les utiliser comme décoration de table. C'est dans un magazine que j'ai trouvé cette sympathique idée. Il suffit de coller des petits autocollants blancs en forme d'étoiles ou de cristaux de neige sur vos clémentines. Vous pouvez les disposer un peu partout sur la table, ou pour accompagner chaque serviette, ou enfin les rassemblez dans un cadre en bois pour former un milieu de table. 
J'ai trouvé les cadres en bois chez Van Uytsel (Kontich) et les autocollants chez Creacorner. Si vous optez pour le milieu de table, pour combler les blancs dans le cadre, ajoutez un peu de papier de soie blanc ou du ruban. Et le tour est joué. Après le repas, vous pouvez les manger !!!

mardi 29 novembre 2011

Cappuccino de cèpes

En cherchant des recettes de volailles farcies aux champignons, je tombe par hasard sur le blog "Papilles & pupilles". Quelques fois, en passant d'un lien à l'autre, on tombe sur une petite merveille. Rien à voir avec ce que je recherchais, mais en voyant ce cappuccino, j'ai littéralement craqué ! Anne avait elle-même pioché cette recette chez Mercotte. Une bien belle idée pour une petite verrine apéritive ou pour une entrée. Chez moi, c'est testé et approuvé par mon grand gourmand !

Ingrédients

45 g de cèpes séchées.
1 fenouil
1 poireau
300 g de champignons de Paris
2 cubes de bouillon de volaille
100 mL de crème fraîche 35 % m.g. + 200 mL pour la chantilly
2 càs d'huile d'olive

Préparation de l'arôme de cèpe

Pesez 35 g de cèpes séchées que vous déposez dans une casserole. Ajoutez un litre d'eau et laissez infuser pendant plusieurs heures.
Filtrez l'eau de trempage à travers un filtre à café. Vous pouvez récupérer les cèpes réhydratées pour une autre recette.
Reversez l'eau de trempage dans une casserole, chauffez à feu vif et faites réduire afin d'obtenir 50 mL de liquide. Ce précieux liquide sera votre arôme de cèpes.

Préparation de la poudre de cèpes 

Réduisez en poudre les 10 g restant de cèpes séchées à l'aide d'un blender. Réservez.


Préparation du velouté

Emincez le blanc du poireau ainsi que le fenouil. Coupez les champignons en 4. Faites dissoudre deux cubes de bouillon dans un litre d'eau très chaude.
Dans une casserole, faites revenir le poireau et le fenouil dans deux cuillères à soupe d'huile d'olive. Après quelques minutes, ajoutez les champignons. Mélangez une minute et arrosez du bouillon. Portez à ébullition (sur feu moyen) et comptez une demi heure de cuisson. Après ce laps de temps, versez le tout dans un blender, ajoutez les 50 mL d'arôme de cèpes et 100 mL de crème fraîche. Mixez le tout. Répartissez le velouté dans des verrines ou des grandes tasses à café.
Le velouté peut être préparer à l'avance. Au moment de servir, réchauffez-le et passez-le à nouveau au blender pour l'émulsionner.

Finition

Montez  de la crème fraîche bien froide en chantilly. Déposez cette chantilly à l'aide d'une poche à douille et saupoudrez d'une pincée de poudre de cèpes.

Je ne peux que vous souhaiter "bon appétit" ! Merci Anne et Mercotte !

dimanche 27 novembre 2011

Une petite gourmandise de Noël : le cougnou

Incontournable petit pain brioché des fêtes de fin d'année, mon grand gourmand l'adore, surtout au sucre. Je m'étais donc promis d'en préparer moi-même. J'ai trouvé la recette dans "la Bible de la Cuisine de grand-mère". Mais je me suis largement inspirée des conseils de préparation du blog "Le Pétrin", puisque Sandra a une recette assez similaire. 
A déguster avec un bon chocolat chaud au petit déjeuner !




Ingrédients (pour 4 cougnoux)

500 g de farine (T55)
180 mL de lait
100 g de beurre
2 oeufs
80 g de sucre
1/2 càc de sel
3 petites càc de levure boulangère sèche
1 jaune d'oeuf + 1 càc d'eau
garniture : sucres perlés, pépites de chococat, raisins secs.

Si vous utilisez du sucre perlé en garniture, vous pouvez diminuer la quantité de sucre à 50 g





Dans le bol d'un robot, versez le lait et les deux oeufs battus. Ajoutez le sel. Mélangez la farine avec la levure sèche et versez-les dans le bol en les tamisant à l'aide d'un chinois. Ajoutez aussi le sucre. Utilisez dans un premier temps "la feuille" sur le robot pour amalgamer les ingrédients ensemble. Un fois les ingrédients mélangés, remplacez "la feuille" par le crochet et pétrissez dix minutes. La pâte doit former une boule qui se détache des parois. 
Coupez le beurre en petits morceaux. Pendant que le robot continue de pétrir, ajoutez le beurre petit à petit. Continuez de pétrir pendant une quinzaine de minutes. La pâte doit être lisse et élastique. Si la pâte est trop collante, ajoutez un tout petit peu de farine (pas plus d'une cuillère à soupe). Couvrez d'un torchon et laissez lever 1H30.

Après ce délai, versez la pâte sur un plan de travail légèrement fariné. Divisez en 4 pâtons de poids égaux. Chaque pâton est lui-même divisé en 3 : 2 petites boules et une grande. Si vous désirez un cougnou nature, déposez les deux petits boules aux extrémités de la grande. 
Si vous désirez garnir le cougnou, aplatissez chaque boule de pâte, déposez la garniture de votre choix au centre. Repliez les bords de la pâte (comme une enveloppe) pour emprisonner votre garniture. Pétrissez un peu pour bien répartir et incorporer la garniture à la pâte. Déposez les petites boules de pâte aux extrémités de la grande. 
Placez les cougnoux préparés sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Déposez un torchon par-dessus et laissez reposer à nouveau pendant 1H30.

Préchauffez le four à 180°C
Mélangez un jaune d'oeuf avec une cuillère à café d'eau. Badigeonnez les cougnoux de cette préparation à l'aide d'un pinceau.
Enfournez pour 25 minutes en surveillant la fin de la cuisson pour obtenir une belle croûte dorée.
Faites refroidir sur une grille.




samedi 26 novembre 2011

Bounty "maison"

Dans mes souvenirs de petite fille, quand j'ouvrais le placard à "trésor" dans la cuisine, je trouvais toujours le paquet de "biscuits de papa" (qui sont en fait des Choco As) et de temps en temps il y avait un paquet de Bounty. Si mon papa avait l'habitude de tremper les premiers tous les matins dans son café, je le soupçonnais fortement de manger les deuxièmes en peu plus par gourmandise. Et si pendant quelques temps, je n'aimais pas la noix de coco (j'étais plutôt fan de Milky Way à 6 ans), j'ai fini par piquer discrètement un petit bounty de temps en temps !
Il y a quelques semaines, Sylf m'a offert un livre de recettes sur le nutella, le lait concentré, et la crème de marron. J'y ai trouvé la recette d'un bounty "maison" et j'ai donc immédiatement pensé à mon papa. 

Ingrédients :

100 g de chocolat noir culinaire
100 g de chocolat au lait
60 mL de crème fraîche (35% m.g.)
200 mL de lait concentré sucré
160 g de noix de coco râpée

Tapissez de film alimentaire un moule carré de 20 cm de côté. Personnellement, j'en ai trouvé un de 19 cm de côté et la dimension était parfaite pour les proportions écrites ci-dessus. Au-delà de 20 cm, vous risquez d'avoir des couches trop minces.
Coupez le chocolat noir en morceaux dans un bol. Ajoutez 30 mL de crème fraîche et faites fondre l'ensemble au micro-ondes 1 minute à plein puissance (entre 850 et 1000 W). Mélangez le chocolat fondu avec la crème pour obtenir une ganache bien lisse. Versez celle-ci dans le moule. Faites en sorte qu'elle tapisse bien tout le fond du moule. Placez le moule au réfrigérateur pendant 15 minutes pour faire durcir le chocolat.

Pendant ce temps, dans un grand bol, mélangez la noix de coco et le lait concentré sucré pour obtenir une pâte assez compacte. Ajoutez par dessus le chocolat durci. Aplatissez et égalisez la surface de la pâte de noix de coco avec le dos d'une cuillère à soupe.
Coupez le chocolat au lait dans un autre bol. Versez les derniers 30 mL de crème. Faites fondre au micro-ondes pendant 1 minute à pleine puissance. Mélangez également pour obtenir une ganache. Versez-la directement sur la noix de coco et égalisez la surface.
Placez au réfrigérateur pendant 12 heures au minimum (oui, je sais, cette étape est très cruelle).
Après ce laps de temps, découpez en petits rectangles et dégustez à l'heure du café.

Petite suggestion de mon papa : faire les deux ganaches au chocolat au lait... ou tout chocolat noir selon les amateurs en pourcentage de cacao !

samedi 19 novembre 2011

Confiture de piments

Envie d'agrémenter vos tartines au philadephia ??? J'ai une petite confiture pour vous.
Ou alors, n'avez-vous jamais présenté à l'apéro ces chips en forme de petit cornet avec du fromage de chèvre frais. Oui ? Vous trouviez cela addictif ? Ajoutez la confiture de piment par dessus et c'est pire !!! On ne s'en lasse pas, on ne sait même plus s'arrêter.
C'est une collègue qui a mangé cette petite merveille chez une amie colombienne. Elle m'en a parlé et je me suis lancée. Avec les piments forts, on retrouve de notes sucrées et piquantes et ensuite une chaleur vous monte jusqu'au nez et retombe aussi vite. Il n'y a pas le feu habituelle qui reste en bouche au point de se ruer sur un verre d'eau ou sur un morceau de pain. Mais vous pouvez tout à fait remplacer les piments forts par des piments doux.
Pour le choix des piments forts, prenez-les d'assez gros calibres (ces piments sont courts et gros) et évitez les piments tout fins que l'on trouve facilement. Dernier petit conseil : rouge ou vert, peu importe. Mais ne mélangez pas des piments de couleurs différentes au risque d'obtenir une confiture avec une drôle de couleur.


Ingrédients (pour environ 3 pots de 265 g)

1 kg de piment (environ)
sucre
2 càs de vinaigre de cidre

Coupez les piments en deux dans le sens de la longueur. Epépinez, enlevez les parties blanches, et coupez les piments en morceaux. Pesez la quantité de piments obtenue. Pour obtenir le poids en sucre que vous devez ajoutez, comptez les 3/4 du poids en piment. Par exemple, si votre poids en morceaux de piments est de 800 g, vous devrez ajoutez 600 g de sucre. Versez les piments dans une casserole et saupoudrez de sucre. Ajoutez les deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre. Mélangez et laissez macérer deux heures à température ambiante.




Faites chauffer la casserole sur feu moyen à vif pour atteindre l'ébullition. Une fois l'ébullition atteinte, baissez légèrement le feu et comptez 20 minutes de cuisson.
A l'aide d'un mixeur plongeur, réduisez les morceaux de piment en purée. Répartissez alors la confiture dans des pots (stérilisés au préalable), fermez les pots et laissez-les reforidir sur l'envers. Conservez la confiture à l'abri de la lumière jusqu'à l'ouverture du pot.

Sur une tranche de pain complet tartiné de philadelphia , c'est franchement délicieux.
A l'apéro, déposez une belle cuillère à soupe sur un fromage de chèvre frais. Dégustez avec des chips en forme de petit cornet.

jeudi 17 novembre 2011

Risotto à la crème de pâtisson

J'ai toujours regarder les pâtissons avec curiosité. Je n'en avais jamais mangé et fatalement jamais cuisiné. Aucune idée du goût, aucune idée de la texture ! Jusqu'à ce jour... puisqu'une collègue de mon mari m'a offert des pâtissons (je la remercie d'ailleurs énormément). Quand j'ai eu en ma possession ces "étranges" légumes, je me suis demandée comment j'allais les cuisiner. Je n'ai pas eu besoin de beaucoup chercher car mon grand gourmand de mari avait déjà en sa possession un recette trouvée sur le net. Quand j'ai vu que cette recette provenait du blog "Savoirs et Saveurs", je n'ai pas hésité une seconde. Il n'y avait plus qu'à attraper ma cuillère en bois et touiller, touiller, touiller...



Ingrédients (pour 2 personnes)

1 pâtisson (d'environ 500g)
3 càs de crème semi épaisse
140 g de riz Arborio
1 petit oignon rouge
160 g de courgette
200 mL de vin blanc sec
150 mL d'eau
1/3 de cube de bouillon de légumes
15 g de beurre demi sel  + 5 g pour la fin de la recette
1 càs d'huile d'olive (extra vierge)
15 g de parmesan en bloc
Sel, poivre
(2 tranches de saumon fumé)



Préparation de la crème de pâtisson

Remplissez à moitié une casserole avec de l'eau et portez cette dernière à ébullition. Une fois l'ébullition atteinte, déposez le pâtisson dans l'eau et faites le cuire 15 bonnes minutes. Après ce délai, égouttez-le et laissez-le refroidir. Découpez délicatement le dessus du pâtisson. Prélevez la chair du pâtisson à l'aide d'une cuillère. Personnellement, j'ai utilisé une cuillère à melon, très pratique pour récupérer la chair d'un fruit ou d'un légume sans endommager sa peau. Réservez le pâtisson évidé ainsi que le petit chapeau. Vous devez récolter 160 g de chair. Versez cette chair dans le bol d'un blender, ajoutez les trois cuillères à soupe de crème, salez et poivrez. Mixez jusqu'à l'obtention d'une crème bien lisse.

Préparation du risotto

Lavez les courgettes et râpez-les finement. Réservez.
Faites dissoudre le tiers d'un cube de bouillon de légumes dans de l'eau très chaude. Réservez.
Epluchez et hachez l'oignon rouge. Dans une poêle à fond épais sur feu moyen à vif, faites fondre 15 g de beurre avec une cuillère à soupe d'huile d'olive. Déposez l'oignon et faites le revenir jusqu'à ce qu'il devienne transparent. Ajoutez ensuite le riz, remuez-le avec une grosse cuillère en bois et laissez le cuire pendant une minute. Les grains de riz doivent devenir nacrés.
Et maintenant, c'est parti pour le "touillage" ! Ajoutez le vin, et laissez-le s'évaporer. Baissez ensuite légèrement le feu. Ajoutez les courgettes râpées et mélangez bien. Ajoutez une louche (environ 25 mL) de bouillon. Comptez alors 10 minutes de cuisson à partir de ce moment. Pendant ces dix minutes, dès que le bouillon est absorbé, ajoutez une nouvelle louche de bouillon. Remuez très souvent. Après ces dix minutes de cuisson, ajoutez la crème de pâtisson au risotto, remuez et ajoutez encore une louche de bouillon. (Pour moi, c'était la toute dernière louche possible). Continuez à remuer et comptez encore 8 à 10 minutes de cuisson.
Otez ensuite la casserole du feu, incorporez 5 g de beurre demi sel au risotto et enfin râpez par-dessus le parmesan. Mélangez.
Vous pouvez ajouter quelques morceaux de saumon fumé au risotto.
Dressez le risotto dans le pâtisson évidé et recouvrez du chapeau. Servez sans attendre.

mardi 15 novembre 2011

Fluffy pancakes

Que faire au petit déjeuner pour réconforter un petit loulou malade ??? 
Des pancakes bien sûr ! 
Mais pas de lait fermenté dans mon frigo ! Quelle tête de linotte je suis. Bonne chance pour en trouver le dimanche matin au aurore ! Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Heureusement, le blog cakes in the city a sauvé mon dimanche matin. Du lait entier, j'en ai toujours de réserve. Les autres ingrédients habituels et le tour est joué ! 

Ingrédients

300 g de farine
50 g de sucre
2 sachets de baking powder (levure chimique)
50 g de beurre
50 g de beurre
350 mL de lait entier

Dans un grand bol, mélangez la farine avec le sucre et la levure chimique.
Faites tiédir le lait dans un poêlon. Ajoutez le beurre dans le poêlon et faites le fondre dans le lait tiède.
Ajoutez le mélange beurre/lait dans le grand bol. Battez les oeufs dans un petit bol et incorporez-les dans le grand bol. Mélangez le tout pour obtenir une préparation homogène. 


Camille conseille de n'utiliser qu'un fouet à main (surtout pas de batteur électrique) et de ne pas trop mélanger dès que tous les ingrédients se sont "amalgamés".
Laisser reposer 30 minutes.
Dans une poêle bien beurrée et chauffée à feu moyen, déposez une petite louche (environ 25 mL) de pâte. Laissez cuire et lorsque des bulles commencent à crever sur la surface du pancake, retournez-le. Laissez alors dorer l'autre face un bonne minute et servez sans attendre. Pour moi, ce sera nappé avec plein de sirop d'érable (évidemment) !!!

samedi 12 novembre 2011

Les coups de fourchette de Sylf et Steph #2 : le Rachel


En ballade dans le centre de Bruxelles, non loin de la Grand-Place , vous trouverez le Rachel. Depuis la rue, vous ne verrez qu'une façade très sobre, assez discrète au risque de passer à côté et pourtant, il y a au moins trois bonnes raisons d'oser franchir la porte : le décor intérieur, l'accueil, et surtout un des meilleurs cheesecake de Bruxelles ! 
En entendant parler de ce dernier, c'est Sylf qui, en attisant ma curiosité et surtout ma gourmandise, m'a rapidement convaincue de faire un petit tour du côté de la rue du Marché au Charbon.



Entrer dans le Rachel, c'est faire un bond dans le temps, découvrir l'univers décalé et "kitchissime" des  décennies précédentes : rubix cubes sur les tables, théière et vieilles lampes sur les étagères, et même une peluche Bisounours (qui me rappelle mon enfance). Et finalement, chaque  élément de décor, du petit cactus jusqu'à la boîte à biscuit en fer à l'effigie de la famille royale, a su trouver sa place pour former un tout harmonieux. C'est coquet et rigolo !





Mais que mange-t-on au Rachel ??? Rien de moins qu'un mythique bagel ! Ce sont ces fameux petit pain en forme de gros anneau d'origine juive. Importés directement des Etats-Unis, ils ont chacun leur petit prénom sur la carte : le "Steve", le "Tracy", le  "Dona", ou encore le "Xena". Personnellement, j'ai fait la grande gourmande : j'ai jeté mon dévolu sur le "Rachel" : un bagel sur trois niveaux avec poulet, bacon artisanal, oeufs sur le plat, mayo, moutarde, et salade. Autant vous dire que j'ai fait une de ces têtes en le voyant arriver ! Sylf a été plus raisonnable en choisissant le "Nicole" (guacamole, poulet, coriandre fraîche et concombre). Nous nous sommes tout simplement régalées, transportées le temps du repas dans un "tea room" branché de NY !


A la carte, il y a aussi des salades, des omelettes, et des hamburgers, tous portant leur petit nom car à l'instar du décor, le menu est tout aussi original ! Il me tarde d'une fois essayer le "Patsy Stone Brunch" le week-end !!!
Et pour tout ceux venus juste boire un verre, parmi les boissons habituelles, il y a une sélection de thés et d'infusions pour les amateurs, des jus de fruit dont le fameux "anti-oxydant Rachel", ou encore des milkshake au 4 ingrédients secrets. 
Mais la merveille des merveilles, c'est le cheesecake de la maison. Nous avons eu la chance exceptionnelle de pouvoir y goûter en semaine alors qu'il n'est servi que le week-end. Ce cheesecake est un parfait équilibre entre l'onctuosité de la crème au fromage et le craquant de la base en biscuit. Dès la première bouchée, c'est l'extase ! Même après l'énorme bagel que nous venions d'engouffrer, nous ne pouvions que succomber quand les assiettes à dessert ont atterri sur notre table, et nous avons trouvé immédiatement une petite place dans nos estomacs déjà fort rassasiés.



Enfin, je terminerai ce coup fourchette par ceci : le Rachel a un âme. Tout comme le décor ou le menu, le gérant et le cuistot qui tiennent ce tea-room sont tous les deux adorables, accueillants, charmants, et surtout très drôles. Ils insufflent la bonne humeur dans ce lieu et pour moi, c'est le petit plus qui fait toute la différence ! Je regrette de ne pas connaître leur prénom mais je les remercie pour cet excellent moment !


Rachel 
Rue du Marché au Charbon 100
1000 Bruxelles

dimanche 6 novembre 2011

Chutney de figues

L'odeur d'une confiture ou d'un chutney en préparation... quel bonheur ! Moi, ça me remonte le moral à tous les coups.

Ce n'est pas tout ça, les petits amis, mais je commence tout doucement à penser à mon menu de Noël. Oui, je sais, c'est encore loin. Mais il y a quelques petites choses à préparer à l'avance comme ce petit chutney qui accompagnera très bien les petites bouchées au foie gras par exemple ! Il paraît aussi qu'il se marie bien avec le fromage à raclette.  Trouvée dans mon magazine de cuisine favori, c'est une recette simple et qui ne demande pas beaucoup de votre temps. 


Ingrédients (pour 2 pots)

400 g de figues fraîches mûres
1 gros oignon rouge
1 gousse d'ail
1 càc de purée de piment (Sambal oelek)
50 g de sucre roux
10 feuilles de basilic
30 g de vinaigre de cidre
200 mL d'eau


Pelez l'oignon et coupez-le en quartiers et ensuite coupez chaque quartier en deux. Détachez bien chaque lamelle.
Pelez l'ail. Coupez la gousse en deux, éliminez le germe. Hachez le reste.
Coupez les figues en morceaux (pas besoin de les peler !)
Mettez l'oignon rouge, l'ail et les figues dans une casserole.
Ajoutez-y une cuillère à café de purée de piment, le sucre roux.
Ciselez le basilic et ajoutez-le dans le casserole. Et enfin, arrosez de vinaigre de cidre et d'eau.


Placez la casserole sur feu moyen et arrivez doucement à ébullition. Comptez alors 25 minutes de cuisson toujours sur feu modéré, en remuant très souvent. Si votre chutney est encore trop liquide, poursuivez la cuisson encore quelques minutes.
Transvaser le chutney dans des pots. Laissez-les refroidir et conservez-les au frigo (où ils peuvent tenir plusieurs semaines).

samedi 5 novembre 2011

Quiche au cheddar & cresson

C'est l'histoire d'un plantage... Et oui, ça arrive !!! Mais je parlerai ici d'un plantage "visuel" car du point de vue gustatif, c'était plutôt une réussite. J'ai toujours rêvé de cuisiner une quiche à la croûte croustillante mais dont la préparation aux oeufs serait crémeuse. Il y a un fromager près de chez moi qui vend des quiches exactement comme ça et elles m'ont toujours donné envie de pouvoir le faire dans ma propre cuisine.
Et dans le numéro du mois d'avril de mon magazine de cuisine favori, il y avait tout un article consacré à Catherine Kluger, une ancienne avocate qui connaît un véritable succès à Paris avec des tartes "maison" salées et sucrées. Elle y confie tous ses petits trucs et astuces pour réussir une quiche. Hier, j'ai voulu suivre ses conseils à la lettre mais voilà, j'ai été distraite et j'ai tapissé de papier sulfurisé tout mon moule au lieu d'en poser juste dans le fond et de beurrer les côtés ; j'ai donc eu un mal fou à foncer correctement la pâte. Bref la croûte de ma quiche est moche et elle s'est même fissurée à un endroit. Dans l'article, il préconise un cercle à pâtisserie beurré de 22 cm de diamètre posée sur une plaque à pâtisserie qui elle seule est recouverte de papier sulfurisé ; moi, j'ai utilisé un vieux moule à charnière que je n'avais certainement plus ressorti depuis des années ! Pour les autres conseils, je les ai bien suivis (tout de même!).  Et le résultat, c'est une quiche toute moche mais tellement délicieuse !
En attendant, sur ma liste pour Père Noël cette année : un cercle à pâtisserie de 22 cm....


Ingrédients :

- pour la pâte :
200 g de farine T45 (farine fluide Francine)
90 g de beurre très froid
2 oeuf
2 càs d'eau froide
1 pincée de sel
1 boîte de gros haricots secs (pour la cuisson à blanc)

- pour la préparation aux oeufs
3 oeufs
100 mL de crème fraîche à 35%
300 ml de lait
150 g de cheddar
1 petite botte de cresson
4 tranches de lard fumé ou de bacon
Sel, poivre


Préparer la pâte :
Dans un saladier, déposez la farine. Coupez le beurre très froid en petit morceaux et ajoutez-les à la farine, ainsi qu'une pincée de sel. Mélangez le tout du bout des doigts pour obtenir une sorte de sable.
Dans un bol, battez un oeuf avec 2 cuillères à soupe d'eau froide et incorporez au sable. Mélangez et travaillez ensuite la pâte du plat de la main pour obtenir un appareil bien homogène. Rassemblez la pâte en une seule boule et emballez-la dans du papier film. Laissez la boule de pâte au moins 1 heure au frigo.
Beurrez un cercle à pâtisserie de 22 cm et posez-le sur une plaque de pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. (C'est donc à cette étape que je me suis furieusement plantée !!!)
Déballez la boule de pâte et tapez-la avec le rouleau à pâtisserie pour commencer à l'aplatir. Ensuite étalez-la pour obtenir un disque plus large que votre moule. Piquez la pâte avec une fourchette. Déposez alors la pâte dans le cercle et collez-la bien aux parois. Coupez l'excédent de pâte.  Réservez au frigo au moins 30 minutes.
Préchauffez le four sur 160°C.
Découpez un morceau de papier sulfurisé et posez-le sur la pâte. Videz par dessus un paquet de gros haricots secs et enfournez pour 30 minutes.
Sortez le fond de tarte  et éliminez les haricots et le papier. Battez l'autre oeuf et à l'aide d'un pinceau, badigeonnez toute la surface de votre fond de tarte avec l'oeuf battu. Enfournez à nouveau pour 3 minutes. Cela aura le mérite d'imperméabiliser votre pâte !

Préparez la garniture :

Gardez votre four préchauffez à 160°C.
Equeutez et rincez plusieurs fois les feuilles de cresson. Epongez-les et émincez-les grossièrement. Déposez-les morceaux de cresson sur le fond de tarte. Coupez également les tranches de lard en grand morceaux. Déposez-les également sur le fond de tarte.
Râpez le cheddar.
Dans un saladier, cassez les oeufs et battez-les avec la crème et le lait. Fouettez énergiquement. Salez et poivrez. Ajoutez le cheddar à cette préparation.
Versez le tout sur le fond de tarte.
Enfournez pour 45 minutes.

Servez sans attendre.

mercredi 2 novembre 2011

Hopdog : redécouvrir le hot dog à Bruxelles...

Quelle est l'image que nous avons tous du hot dog ?

On imagine la petite carriole au pied des gratte-ciels américains, un pain tout mou, une saucisse bien chimique, et une tonne de moutarde et de ketchup...

A Bruxelles, deux copains d'école ont décidé de balayer la mauvaise réputation de ce snack typiquement américain. En plaquant leur ancienne carrière , Samuel et Chady se sont lancés dans le pari risqué de revisiter le concept à leur manière. Ils espèrent ainsi faire connaître une enseigne directement liée aux hot-dogs sortis de leurs imaginations. Et pourquoi pas...


Leur premier comptoir est situé rue de Fripier, un lieu très fréquenté. Il suffit de commander et d'emporter. Avec Sylf, en promenade dans Bruxelles, on a eu envie de tenter l'expérience. Ici, exit le pain mou sans goût et bienvenue à différentes sortes de petits pains croustillants cuits sur place : blanc, gris, multi-céréales,... Des sauces maisons originales faites "maison" remplacent le ketchup et la moutarde. Les saucisses à la volaille sont goûteuses et enfin le sempiternel choux est remplacé par des jets de légumes. Personnellement, j'ai goûté le "sweet honey" et les oignons caramélisés et la sauce miel moutarde ne m'ont pas laissé indifférente. Bref, leurs "hop dogs" se déclinent de multiples manières et certaines sont très originales. Je trouve aussi très sympathique de proposer un "hop dog" de saison et qui varie donc au fil des mois.
Et comme tout snack, ils proposent quelques petits desserts : des mini gaufres et des mini cakes aux pommes tout aussi "maison", et depuis peu des glaces artisanales dont le parfum est une association entre un fruit et une épice. Enfin pour les amateurs du bio, il y a même quelques boissons pétillantes portant ce label. J'ai eu l'occasion de goûter celle à l'orange. Franchement elle était très bonne et elle m'a fait pensé à une autre marque très connue.


Ce sympathique "take away" m'a convaincue. Comme quoi, avec une dose de créativité on peut transformer un incontournable en-cas  "fast food" en  quelque chose de différent, d'un peu plus sain, et d'un peu plus savoureux. Je souhaite à Samuel et Chady, bien sympathiques tous les deux derrière leur comptoir, de réussir leur pari et qui sait, d'en ouvrir bien d'autres  !!!